Annotations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - chômage

Fil des billets

vendredi 18 mai 2018

Comment le marché du travail français a évolué depuis 2000

« La France est la deuxième plus grande économie de l’Europe continentale, mais elle souffre d’un taux de chômage de 9 %. L’incapacité du pays à sortir de la trappe à chômage dans laquelle il est piégé depuis plusieurs décennies est perçue comme menaçant la stabilité de l’UE. Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE, a annoncé avoir "un énorme espoir" pour les réformes du Président fraîchement élu Emmanuel Macron. Cependant, plutôt que de discuter des potentielles "réformes structurelles", cet article se focalise sur les importants changements que le marché du travail français a connus durant la période allant de 2000 à 2017, des changements qui mettent en lumière les forces et faiblesses de la France. (…)

Le chômage

Au niveau agrégé

Au début du millénaire, le chômage français était toujours au-dessus de 9 % selon la définition de l’Organisation internationale du travail (OIT). Pour autant, il était plus faible que le taux allemand et plus faible que son pic de 1997 (10,7 %). La France a bénéficié d’une remarquable tendance en 1998, 1999 et 2000 avec trois des quatre meilleures années pour la création d’emplois au vingtième siècle. En 2000, le Conseil d’Analyse économique (…) a publié un rapport intitulé "Plein emploi", qui exprimait l’optimisme des économistes : selon lui, la France pouvait connaître en 2005 un taux de chômage autour de 5 % grâce à une croissance régulière, à la réduction du temps de travail et au départ à la retraite des cohortes du baby-boom. Le chômage en France (notamment dans les territoires d’outre-mer) continua de baisser, mais au début de l’année 2008, atteignit un creux à 7,2 %, loin de l’objectif de plein emploi (cf. graphique 1). Le scénario initial a été perturbé par une croissance du PIB décevante (inférieure à 2 % par an en moyenne) dans le sillage de la brève récession de 2001, par la fin des mesures soutenant la réduction du temps de travail et par les réformes du système de retraite qui ralentirent les départs à la retraite.

GRAPHIQUE 1 Taux de chômage total et de longue durée en France (en %)

Philippe_Askenazy__chomage_France_metropolitaine_longue_duree.png

Cependant, quelques mois avant la Grande Récession, il y a de nouveau eu un optimisme généralisé ; au cours d’une année, le taux de chômage en France métropolitaine a significativement chuté, passant de 8,1 % à 6,8 %, le plus faible niveau depuis 1983. Le risque de pénuries de main-d’œuvre était même un argument derrière les politiques conduites par Nicolas Sarkozy (élu en 2007) pour stimuler l’offre de travail dans les marges extensive et intensive, c’est-à-dire accroître le taux d’activité et la durée du travail (en réduisant les cotisations sociales et en défiscalisant les heures supplémentaires).

La Grande Récession a démenti cette anticipation optimiste. La croissance du PIB était quasiment nulle en 2008 et la France subit une forte récession en 2009 (le PIB chutant de 2,9 %). Cependant, cette récession était moins "grande" qu’elle n’a pu l’être dans d’autres pays de l’OCDE, grâce aux stabilisateurs automatiques et à l’accroissement volontaire des dépenses publiques, avec notamment des subventions directes aux entreprises. Le déficit budgétaire atteint des niveaux historiquement élevés : 7,2 % en 2009, 6,8 % en 2010 et 5,1 % en 2011. Cependant, la croissance du PIB retourna à son taux d’avant-crise en 2010 et en 2011 elle était supérieure à 2 %. Le taux de chômage suivit fondamentalement les variations du PIB, même si l’effet "Okun" (la corrélation à court terme entre les niveaux de chômage et la croissance du PIB) était bien plus faible qu’il ne l’a été au cours des précédentes décennies. Le chômage augmenta pour atteindre 9,5 % au troisième trimestre de l’année 2009, puis ensuite déclina lentement jusqu’au milieu de l’année 2011.

En 2011, face aux pressions de l’UE (auxquelles ils adhéraient), les gouvernements sous la présidence de Sarkozy, puis de celle de Hollande, s’engagèrent à des macro-ajustements. Plus explicitement, ils soutinrent une politique d’offre de long terme avec de massives réductions d’impôts pour les entreprises. Malgré cette coûteuse politique, le déficit budgétaire chuta, et ce en raison du jet des salaires nominaux des fonctionnaires, de la réduction des investissements publics et de la hausse des impôts directs et indirects payés par les ménages.

Alors que ces politiques réduisirent les déficits budgétaires, elles eurent aussi d’autres effets moins désirables. Par exemple, les dépenses des ménages baissèrent en 2012. Le taux de croissance annuel moyen du PIB était de seulement 0,6 % de 2012 à 2015. Finalement, il y eu une reprise de l’investissement des entreprises ; et un taux de croissance du PIB supérieur à 1 %, dans le contexte d’une productivité stagnante, était associé à une nouvelle baisse du taux de chômage total. Cette dernière coïncida avec l’accélération de la croissance du PIB début 2017. Ces changements sont cohérents avec l’idée que le taux de chômage français avait une large composante liée à un significatif écart de production (output gap).

Malgré de récentes améliorations, beaucoup de preuves empiriques démontrent d’indéniables difficultés structurelles, tout en mettant en évidence les forces du marché du travail français. Le chômage à long terme (supérieur à 12 mois) est l’un des problèmes les plus inquiétants. De 2008 jusqu’à la fin 2016, le chômage de long terme présenta une tendance croissante, même durant les années de reprise économique. Il affecte maintenant un chômeur sur deux et est un symptôme des fractures croissantes sur le marché du travail. (…)

Les fractures spatiales, les fractures entre les âges

Plusieurs territoires portent les stigmates laissés par la Grande Récession (qui a accéléré la contraction du secteur manufacturier) et par la restructuration des services publics associée à une réduction de l’investissement public. En même temps, les travailleurs de ces zones ont fait face à de plus grands obstacles en matière de mobilité. En particulier, les zones dans lesquelles les opportunités d’emplois sont concentrées sont caractérisées par des pénuries en matière de logements abordables et des prix de l’immobilier élevés (qui n’ont que très légèrement diminué en 2009 et ont repris vigoureusement leur hausse après). A Paris, par exemple, début 2017, les prix de l’immobilier étaient supérieurs de 30 % à leur niveau d’avant-crise et de 310 % à leur niveau au début du siècle.

(…) L’hétérogénéité spatiale des taux de chômage est reparti à la hausse depuis 2008. Certes le chômage a augmenté dans tous les bassins d’emplois (notamment à Paris, où il a augmenté de 1,6 point de pourcentage), mais la hausse du chômage entre 2008 et 2017 a été positivement corrélée avec le niveau de chômage initial. Lors des élections législatives de 2017, les électeurs des deux zones métropolitaines qui ont connu la plus forte détérioration (+ 5,3 points de pourcentage entre 2008 et 2017) ont respectivement élu un meneur d’extrême-droite (à Perpignan) et un nationaliste corse (à Porto-Vecchio).

GRAPHIQUE 2 Variation et niveau initial des taux de chômage locaux avant et après 2008

Philippe_Askenazy__variation_taux_de_chomage_locaux.png

La Grande Récession a aussi changé la structure du chômage, dans la mesure où plusieurs travailleurs licenciés ont fini par se retrouver dans le chômage de long terme. Une deuxième catégorie qui comprend une partie des chômeurs de longue durée est celle des travailleurs âgés, notamment des moins diplômés d’entre eux. Les dispositifs publics de préretraite ont été réformés au début des années 2000. Des années 1970 aux années 1990, ces dispositifs avaient permis à l’économie d’absorber une grande proportion de travailleurs cols bleus ayant plus de 50 ans qui avaient perdu leur emploi, en particulier durant les ralentissements de l’activité. En même temps, les diverses réformes des retraites qui se sont succédées depuis 1993 ont augmenté les incitations à reculer le départ à la retraite. Malgré ces changements politiques, avant 2008 l’accroissement du taux d’activité des plus de 50 ans (une hausse de 4 points de pourcentage pour le groupe des 50-64 ans de 2000 à 2008) avait été facilement absorbé. (…) Le nombre de chômeurs âgés de 50 ans ou plus était bien inférieur à 300.000 avant la Grande Récession.

Depuis 2009, toutes les classes d’âge et les deux sexes ont été affectés par la détérioration du marché du travail, mais la fracture entre les classes d’âges s’est creusée. En particulier, le nombre de chômeuses âgées de 50 ans ou plus a plus que doublé entre début 2008 et début 2017, tandis que la hausse était inférieure à 30 % pour les plus jeunes. Bien que les travailleurs les plus âgés jouissent toujours d’une amélioration significative de leur taux d’emploi, cette tendance n’a pas suffi pour compenser une hausse de leur nombre d’actifs parmi le groupe des 50-64 ans (1,7 million en plus entre 2008 et 2016).

(…) La Grande Récession n’a pas stoppé la baisse de l’écart en termes d’emploi entre les femmes et les hommes et il n’y a plus d’écart significatif. Selon les données provisoires, au troisième trimestre 2017, le taux de chômage des femmes était 0,3 point de pourcentage plus faible que celui des hommes (notamment outre-mer), contre un écart de 2,6 points de pourcentage en faveur des hommes en 2000. La bonne performance relative des femmes de moins de 50 ans s’explique en partie par le fait qu’elles ont bénéficié de la forte hausse du niveau scolaire de la population active française au cours des trois dernières décennies. (...)

La composition de la population active et le taux d’emploi

Une population active plus éduquée

La forte hausse des niveaux de diplômes de la population active est probablement le changement structurel le plus impressionnant du côté de l’offre sur le marché du travail français. Dans le sillage du programme initié par François Mitterrand, les enfants nés après le milieu des années 1970 ont joui d’une ouverture rapide de l’accès au collège dans les années 1980, au lycée dans les années 1990 et ensuite à l’université dans les années 2000. Le graphique 3 montre que la part des travailleurs diplômés du supérieur parmi les actifs de 25-64 ans a eu tendance à augmenter : elle est passée de 25 % en 2000 à 39 % en 2016. A l’inverse, les cohortes peu diplômées ont quitté le marché du travail durant cette période. Depuis 2005, il y a moins de gens sur le marché du travail qui n’ont qu’un diplôme du secondaire que de gens qui ont un diplôme du supérieur.

GRAPHIQUE 3 Composition de la population active (âgée de 25 à 64 ans) selon le genre et le niveau de diplôme (en %)

Philippe_Askenazy__composition_population_active_niveau_diplome_sexe.png

Un autre fait frappant est que les femmes constituent désormais la majorité des actifs diplômés du tertiaire, ce qui reflète la proportion croissante de jeunes femmes engagées dans l’enseignement supérieur. L’entrée sur le marché du travail des premiers enfants du petit baby-boom (depuis la fin des années 1990) a alimenté ces tendances pendent les deux décennies suivantes.

Le diplôme importe pour accéder à l'emploi

En raison de la hausse du niveau scolaire de la population en âge de travailler, la France jouit d’un taux d’emploi parmi les actifs âgés de 15 à 64 ans qui est supérieur à ce qu’il était au début des années 2000. L’impact agrégé de la Grande Récession a pratiquement été effacé (…).

Selon l’enquête emploi, malgré la hausse massive de l’offre de travailleurs très éduqués, leur taux d’emploi est resté stable depuis 2000, autour de 84 % pour les 25-64 ans. Même la Grande Récession n’a pas significativement affecté cela et le taux de 85 % en 2016 est le niveau le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale.

Cette performance contraste avec l’impact de la récession de 2009 sur les travailleurs les moins diplômés. Parmi les 15-64 ans, le taux d’emploi de ceux qui n’ont pas été diplômés dans le secondaire était stable, autour de 46 % de 2000 à 2008, mais il a chuté pour atteindre 39 % en 2016. Le taux d’emploi des travailleurs diplômés du secondaire a chuté, passant de 69 % en 2008 à 66 % en 2016. Ces tendances expliquent aussi la fermeture rapide de l’écart en termes de taux d’emploi entre les sexes : de 14 % en 2000 à pratiquement 7 % aujourd’hui.

L’évolution des salaires : des tendances contradictoires

Des inégalités salariales stables ?

En utilisant les registres exhaustifs des employeurs, l’INSEE calcule la distribution des salaires en équivalents temps plein en France. La plupart des indicateurs d’inégalités basés sur ces statistiques françaises suivent une évolution en forme de U avec un point bas en 2008. Cependant, la magnitude des changements est très faible. Par exemple, le ratio 50/10, qui rapporte la médiane sur le premier décile s’élevait à 1,53 en 2000, 1,49 en 2008 et 1,50 en 2010. Et, à l’inverse de ce que l’on peut observer dans plusieurs autres pays, le ratio 90/50, qui rapporte le dernier décile sur la médiane, n’a pas tendance à augmenter en France. Cependant, cette remarquable stabilité est trompeuse. La focalisation sur les dimensions désagrégées des inégalités salariales révèle de significatifs changements avec des impacts opposés.

La réduction des écarts salariaux entre les sexes et entre les secteurs public et privé

(…) Les salaires nets réels moyens (en équivalents temps plein) dans le secteur privé et dans les entreprises publiques (…) ont généralement suivi les taux de productivité du travail, mais ils ne reflètent pas le cycle d’affaires, puisqu’ils ont augmenté en 2009 et ont chuté durant la subséquente reprise. La dynamique apparente des salaires lors de la récession alimenta l’idée que les travailleurs français avaient une préférence pour les salaires plutôt que pour l’emploi ; les tendances récentes sont moins cohérentes avec cette interprétation naïve du drame du chômage français.

Le calendrier s’explique en partie par les hausses initiales des salaires minimaux nominaux de branches (visant à compenser la hausse de l’inflation en 2008). Cependant, les principaux moteurs sont les effets de composition : lorsque l’on prend en compte la contraction des emplois peu pays en 2009, le salaire net réel moyen en équivalents temps plein est resté stable.

En raison de la part importante d’emplois qualifiés dans le secteur privé (enseignants, docteurs, etc.), il y a eu un écart significatif en termes de rémunérations entre les fonctionnaires et les travailleurs du secteur privé et des entreprises publiques. Cependant, le gel des rémunérations nominales des fonctionnaires à partir de 2010 a réduit cet écart ces dernières années ; selon les dernières statistiques, en 2014 les salaires nominaux moyens en équivalents temps plein des travailleurs du secteur privé sont même devenus légèrement plus élevés. Puisque la majorité des fonctionnaires sont des femmes, ce gel a joué contre les femmes. A l’inverse, la hausse du niveau scolaire relatif des femmes et leur capacité à obtenir des emplois plus qualifiés dans les entreprises privés leur ont été bénéfiques. Ce second mécanisme a dominé le premier et donc l’écart de salaires entre les sexes a diminué depuis le tournant du siècle ; cependant, il reste significatif. En termes de rémunérations salariales annuelles réelles, l’écart entre les sexes était de 39 % en 2000, de 37 % en 2008 et de 31 % en 2014.

Les contrats de travail hachés

Au cours des 15 dernières années, la simplification des exigences légales et de la numérisation du processus de recrutement ont provoqué une croissance rapide dans les embauches en France. (…) Chaque trimestre, les hôtels et les restaurants embauchent autant de travailleurs que le nombre de postes rémunérés.

Ce phénomène est alimenté par la stratégie des ressources humaines consistant à remplacer les contrats à longue durée déterminée par des contrats très temporaires (la plupart durant moins d’une semaine) pour adapter juste-à-temps la main-d’œuvre. La part des emplois à durée déterminée est restée stable depuis 2000 (contrairement aux années 1980 et 1990 quand elle augmentait) dans le voisinage de 15 % de l’ensemble des emplois salariés. Cependant, la durée des contrats s’est fortement réduite. Seul un contrat de court terme sur cinq dure un mois ou plus, contre deux sur cinq en 2000 ; la durée médiane est maintenant d’environ huit jours. Une autre caractéristique essentielle de cette épidémie est que la plupart des travailleurs embauchés sont en fait les mêmes travailleurs qui sont réembauchés pour le même emploi. Par construction, les contrats de très court terme sont exclus d’une variété de types additionnels de rétributions fixée par les accords au niveau de la branche pour les travailleurs qui ont la même ancienneté minimale.

Un million de travailleurs qui sont plus jeunes et moins qualifiés maintenant désormais du chômage à l’emploi et retournent au chômage très fréquemment. Cela provoque une nouvelle forme de sous-emploi. Découper les contrats de travail dans des intervalles toujours plus brefs réduit les rémunérations annuelles en bas de la distribution, et le 10ème centile de la répartition des rémunérations du travail est désormais inférieur au seuil de pauvreté. Les nouveaux travailleurs pauvres ont convaincu les syndicats et organisations patronales, qui gèrent l’assurance chômage en France, pour améliorer les allocations chômage. De ce point de vue, la mesure pertinente de l’activité du travail n’inclut plus seulement les salaires, mais aussi les allocations chômage. Selon les derniers chiffres, cette amélioration des allocations semble avoir stabilisé les revenus en bas de la distribution.

Notons que l’enquête Emploi, qui utilise la définition de l’OIT du chômage, ne peuvent capturer les périodes de chômage au cours d’une semaine. Cela explique en partie pourquoi les demandeurs d’emploi enregistrés à Pôle emploi sont maintenant bien plus nombreux que les chômeurs : fin juillet 2017, Pôle emploi enregistrait 5,6 millions de demandeurs d’emploi (qui n’avaient pas travaillé durant le mois ou n’avaient travaillé que partiellement), alors qu’il y a trois millions de chômeurs selon les statistiques officielles de l’OIT.

Les nouveaux travailleurs indépendants

Le changement de la nature de l’emploi indépendant est une autre mutation massive du marché du travail français et il s’est déroulé sur une décennie. Les artisans qualifiés traditionnels ont été écrasés par la récession et par la concurrence de la part de nouveaux entrepreneurs. En 2009, le gouvernement a introduit le statut d’auto-entrepreneur (maintenant appelé statut du micro-entrepreneur). Il est désormais possible de devenir un micro-entrepreneur en cinq minutes via internet. Les cotisations sociales et les impôts sur le revenu des micro-entrepreneurs sont faibles et proportionnels aux revenus, qui peuvent être déclarés sur internet chaque trimestre, à condition qu’ils soient sous un certain seuil. La plupart de ces entrepreneurs n’ont pas à demander une TVA et ils peuvent aussi offrir de plus faibles prix parce qu’ils ne sont pas sujets à plusieurs exigences (par exemple l’assurance professionnelle) imposées sur les artisans traditionnels. Comme le nombre d’artisans classiques a décliné au cours de la dernière décennie, le nombre de contractants indépendants a augmenté. Ce dernier groupe a aussi connu une hausse en équivalents temps plein de pratiquement 5 % durant ce laps de temps. Cependant, leur revenu réel par heure travaillée a chuté d’environ 15 % en moyenne. Une nouvelle catégorie de travailleurs pauvres émerge donc : en 2014, les 500.000 micro-entrepreneurs qui étaient actifs et qui ne cumulaient pas leur activité indépendante avec une activité salariale, gagnaient en moyenne moins de 500 euros par mois. Au cours des trois dernières années, l’émergence de l’économie du partage a accéléré le développement du micro-entrepreneuriat, faisant désormais apparaître le risque d’un déversement des emplois salariés (notamment l’emploi très qualifié) vers le travail indépendant. (...) »

Philippe Askenazy, « The changing of the French labor market, 2000–2017 », IZA World of Labor, n° 412, janvier 2018. Traduit par Martin Anota

vendredi 7 août 2015

Le chômage de longue durée s'est aggravé dans l'Union européenne

The_Economist__chomage_dans_l__union_europeenne__Martin_Anota_.png

source : The Economist (2015)

samedi 30 août 2014

Les causes du chômage en zone euro selon Draghi

Mario_Draghi__Business_week.jpg

« Personne dans la société n’est préservé dans une situation de chômage de masse. Pour les chômeurs eux-mêmes, c’est souvent une tragédie qui a des effets durables sur le revenu qu’ils toucheront durant le reste de leur vie. Pour ceux qui sont toujours en emploi, cela accroît l’insécurité de l’emploi et sape la cohésion sociale. Pour les gouvernements, le chômage dégrade les finances publiques et pénalise les perspectives électorales. Et le chômage est au cœur des dynamiques macroéconomiques qui façonnent l’inflation à court et moyen termes, ce qui signifie qu’il affecte aussi l’activité des banques centrales. En effet, même lorsqu’il n’y a aucun risque pesant sur la stabilité des prix, mais un chômage élevé et une cohésion sociale menacée, les pressions s’accentuent sur les banques centrales.

Une question clé est de savoir à quel point nous pouvons réellement influencer le chômage, ce qui se ramène à se demander (…) si le chômage est essentiellement conjoncturel ou structurel. Comme nous sommes dans une union monétaire à 18 pays, c’est nécessairement une question complexe dans la zone euro, mais je vais tout de même offrir un bref aperçu de la situation telle que l'évalue la BCE.

GRAPHIQUE 1 Variations du taux de chômage (en points de pourcentage, par rapport à janvier 2008)

Draghi__Jackson_Hole__variation_taux_chomage__zone_euro_Etats-Unis__Martin_Anota_.png

La première chose que l’on constate est que la zone euro a subi un choc puissant et particulièrement négatif sur le PIB, avec de sérieuses conséquences pour l’emploi. C’est visible sur le graphique 1, qui présente l’évolution du chômage dans la zone euro et les Etats-Unis depuis 2008. Alors que les Etats-Unis ont connu une hausse forte et immédiate du chômage suite à la Grande Récession, la zone euro a connu deux hausses du chômage associées à deux récessions consécutives.

Du début de 2008 jusqu’au début de l’année 2011, l’évolution est similaire dans les deux régions : les taux de chômage augmentent fortement, se stabilisent, puis diminuent graduellement. Cela reflète les sources communes du choc : la synchronisation du cycle financier entre les pays avancés, la contraction dans le commerce mondiale suite à l’effondrement de Lehman Brothers, couplées avec une forte correction des pris d’actifs (notamment sur les marchés immobiliers) dans certaines économies.

Après 2011 cependant, les développements dans les deux régions divergent. Le chômage aux Etats-Unis continue à chuter plus ou moins au même rythme. Dans la zone euro, d’un autre côté, il amorce une seconde hausse qui n’atteint pas son pic avant avril 2013. Cette divergence reflète un second choc, cette fois-ci spécifique à la zone euro, qui résulte de la crise de la dette souveraine et qui se traduit par une récession de six trimestres pour l’économie de la zone euro. Toutefois, à la différence du choc post-Lehman qui affecta toutes les économies de la zone euro, pratiquement toutes les destructions d’emplois observées dans cette seconde période furent concentrées dans les pays qui connurent des tensions sur les marchés des titres de dette publique (cf. graphique 2).

GRAPHIQUE 2 Relation entre turbulences financières et chômage

Draghi__relation_chomage_turbulences_financieres__Jackson_Hole__Martin_Anota_.png

La crise de la dette souveraine se diffusa via divers canaux, mais l’un de ses plus importants effets fut de rendre moins efficaces les outils de stabilisation macroéconomique. Du côté budgétaire, les services non marchands (notamment l’administration publique, l’éducation et la santé) ont contribué positivement à l’emploi dans pratiquement tous les pays durant la première phase de la crise, si bien qu’ils ont en partie compensé le choc. Dans la seconde période, cependant, la politique budgétaire fut contrainte par les inquiétudes entourant la soutenabilité de la dette publique et le manque de soutien commun, en particulier lorsque l'on commença à envisager une restructuration des dettes souveraines. La nécessaire consolidation budgétaire devait être entreprise rapidement pour restaurer la confiance des investisseurs. Elle constitua un frein budgétaire et entraîna un ralentissement dans l’emploi du secteur public qui s’ajouta à la contraction de l’emploi dans les autres secteurs.

Les pressions sur les marchés interrompirent aussi la transmission homogène de la politique monétaire dans la zone euro. Malgré de très faibles taux directeurs, le coût du capital augmenta dans les pays en difficulté durant cette période, ce qui signifia que les politiques monétaire et budgétaire se resserrèrent simultanément. Donc, l’une des priorités de notre politique monétaire dans cette période fut (et reste toujours) de réparer le mécanisme de transmission monétaire. Etablir un lien précis entre ces réparations et les performances du chômage n’est pas facile. Cependant, l’équipe de la BCE estime que l’"écart de crédit" (credit gap) (la différence entre les volumes actuels de crédit et leurs volumes normaux que l’on observe en l’absence de crise) pour les pays en difficulté suggère que ces conditions d’offre de crédit exercent un frein significatif sur l’activité économique.

Les facteurs conjoncturels ont par conséquent certainement contribué à la hausse du chômage. Et la situation économique dans la zone euro suggère qu’ils sont toujours à l’œuvre. Les plus récentes données des PIB confirment que la reprise dans la zone euro reste uniformément faible, avec une croissance des salaires ralentie même dans les pays qui ne sont pas en difficulté, ce qui suggère une insuffisance de la demande globale. Dans ces circonstances, il semble probable que l’incertitude sur la force de la reprise étouffe l’investissement des entreprises et ralentit le rythme auquel les travailleurs sont réembauchés.

Cela dit, certains signes suggèrent qu’une part significative du chômage est également structurelle, du moins dans certains pays. Par exemple, la courbe de Beveridge de la zone euro (qui résume les développements du chômage à un niveau donné de demande de travail ou postes vacantes) suggère l’émergence d’une inadéquation structurelle entre les marchés du travail de la zone euro (cf. graphique 3). Dans la première phase de la crise, de forts déclins de la demande de travail se sont traduits par une forte hausse du chômage de la zone euro, avec un mouvement vers le long de la courbe de Beveridge. Le second épisode récessif a cependant entraîné une plus forte hausse du taux de chômage, même si les taux de postes vacants agrégés présentèrent des signes marqués d’amélioration. Cela peut impliquer un déplacement permanent de la courbe de Beveridge vers l’extérieur.

GRAPHIQUE 3 Evolution de la courbe de Beveridge au cours de la crise

Draghi__courbe_de_Beveridge_zone_euro__Jackson_Hole__Martin_Anota_.png

Le mouvement de la courbe de Beveridge s’explique en partie par l’ampleur de la destruction d’emplois dans certains pays, ce qui a mené à des taux de retour à l’emploi réduits, des durées de chômage plus longues et une part plus élevée de chômage de long terme. Ceci reflète, en particulier, la forte contraction sectorielle dans le secteur de la construction qui était auparavant en surchauffe (cf. graphique 4), ce qui, comme aux Etats-Unis, tend à réduire l’efficacité de l’appariement. A la fin de l’année 2013, le stock de chômeurs à long terme (ceux au chômage depuis un an ou plus) représenta plus de 6 % de la main-d’œuvre totale de la zone euro, soit plus du double du niveau d’avant-crise.

GRAPHIQUE 4 Evolution du chômage de la zone euro par secteur et par niveau d’éducation

draghi_chomage_jackson_hole.png

Une autre partie de l’explication est que les opportunités de redéploiement sont insuffisantes pour les travailleurs faiblement qualifiés qui se retrouvent au chômage, comme cela est mis en évidence par la disparité croissante entre les compétences de la main-d’œuvre et les compétences exigées par les employeurs. L’analyse de l’évolution de l’inadéquation des compétences suggère une hausse significative de l’inadéquation aussi bien au niveau des régions, des pays, que de la zone euro dans son ensemble (cf. graphique 5).

GRAPHIQUE 5 Indices d’adéquation des compétences pour la zone euro

Draghi__indice_inadequation_competences__Jackson_Hole__Martin_Anota_.png

Les estimations fournies par les organisations internationales (en particulier la Commission Européenne, l’OCDE et le FMI) suggèrent que la crise s’est traduite par une hausse du chômage structurel dans la zone euro, passant d’une moyenne de 8,8 % à 10,3 % être 2008 et 2013.

Il y a toutefois deux importants problèmes à souligner ici. Le premier est que les estimations du chômage structurel son entachées d’une considérable incertitude, en particulier lorsque l’on cherche à le déterminer en temps réel. Par exemple, la Commission européenne suggère que les estimations du taux de chômage qui n’accélère par la croissance salariale (NAWRU) dans la situation actuelle surestiment la composante structurelle du chômage, notamment dans les pays les plus touchés par la crise.

Le second problème est que les données agrégées dissimulent une très forte hétérogénéité. Le taux de chômage actuel de la zone euro est certes de 11,5 %, mais il est de 5 % en Allemagne et de 25 % en Espagne. Les développements structurels diffèrent également : l’analyse de la courbe de Beveridge aux niveaux des pays pris individuellement révèle, par exemple, un déplacement de la courbe vers l’intérieur en Allemagne, alors que la courbe se déplace vers l’extérieur en France, en Italie et surtout en Espagne.

Cette hétérogénéité reflète différentes conditions initiales, telles des compositions sectorielles variantes de l’emploi (en particulier la part employée dans le secteur de la construction), mais aussi le fait que les taux de chômage ont historiquement été durablement plus élevées dans certains pays de la zone euro que dans d’autres pays-membres. Mais cela reflète aussi la relation entre les institutions du marché du travail et l’impact des chocs sur l’emploi. Les économies qui ont le mieux traversé la crise en termes d’emploi tendent aussi à être ceux présentant la plus forte flexibilité sur les marchés du travail pour s’ajuster aux conditions économiques.

En Allemagne, par exemple, le déplacement de la courbe de Beveridge vers l’intérieur que l’on a pu voir lors de la crise suit une tendance qui commença au milieu des années deux mille après l’introduction des réformes Hartz sur le marché du travail. Sa performance plus robuste dans le domaine de l’emploi est aussi liée au fait que les entreprises allemandes disposent d’instruments pour réduire le temps de travail des emplois à des coûts raisonnables (c’est-à-dire la marge intensive), notamment en réduisant les heures travaillées, la plus grande flexibilité du taux de travail au niveau de l’entreprise et l’usage extensif de travail à mi-temps.

Même dans le groupe des pays qui ont connu une crise de la dette souveraine, nous pouvons voir que l’impact des institutions du marché du travail sur l’emploi n’a pas été le même d’un pays à l’autre. L’Irlande et L’Espagne, par exemple, connurent tout deux une large destruction des emplois dans le secteur immobilier après le choc Lehman, mais ils se comportèrent différemment durant la crise de la dette souveraine. Le chômage en Irlande se stabilisa, puis chuta, alors qu’il s’accrut en Espagne jusqu’à janvier 2013 (cf. graphique 6). De 2011 jusqu’à 2013, les estimations du chômage structurel suggèrent qu’il a augmenté de 0,5 point de pourcentage en Irlande et de plus de 2,5 points de pourcentage en Espagne.

La divergence dans les performances peut s’expliquer en partie par les différences dans la migration nette. Mais elle reflète aussi le fait que l’Irlande est entrée en crise avec un marché du travail relativement flexible et qu’elle a adopté davantage de réformes du marché du travail du programme piloté par l'UE et le FMI qui fut lancé en novembre 2010. L’Espagne, d’un autre côté, entra en crise avec de fortes rigidités du marché du travail et elle ne commença à ne réformer significativement qu’en 2012.

Surtout, jusqu’alors, la capacité des firmes à s’ajuster aux nouvelles conditions économiques fut limitée en Espagne par les accords de négociations collectifs sectoriels et régionaux et l’indexation des salaires. Les enquêtes indiquent que l’Espagne se situe parmi les pays où l’indexation fut la plus fréquente, touchant prêt de 70 % des entreprises. Par conséquent, comme le montre le graphique 6, la rémunération nominale par salarié à continué à augmenter en Espagne après le troisième trimestre 2011, malgré la hausse de plus de 12 points de pourcentage du chômage au cours de la période. En Irlande, à l’inverse, l’ajustement des salaires à la baisse commença déjà au quatrième trimestre 2008 et se poursuivit plus rapidement.

Tandis que le marché du travail irlandais s'ajusta en partie à travers les prix, le marché du travail espagnol s’ajusta principalement par les quantités : les entreprises furent poussées à réduire les coûts du travail en réduisant l’emploi. Et en raison d’un degré élevé de dualité sur le marché du travail espagnol, ce fardeau de l’ajustement fut concentré en particulier sur un groupe peu protégé, ceux ayant un contrat temporaire. Ceux-ci ont été particulièrement nombreux en Espagne au début de la crise, représentant alors autour d’un tiers de l’ensemble des contrats de travail.

En Espagne, comme dans d’autres pays en difficulté, plusieurs de ces rigidités du marché du travail ont depuis été atténuées via des réformes structurelles et celles-ci ont eu des effets positifs. Par exemple, l’OCDE estime que la réforme du marché du travail menée en 2012 en Espagne a amélioré les transitions hors du chômage et vers l’emploi pour toutes les durées de chômage.

GRAPHIQUE 6 Chômage et rémunération nominale en Irlande et en Espagne

Draghi__Chomage_remuneration_nominale_Irlande_Espagne__Jackson_Hole__Martin_Anota_.png

Pour résumer, le chômage dans la zone euro est caractérisé par des interactions relativement complexes. Il y a eu des chocs de demande différents selon les pays. Ces chocs ont interagit avec les conditions initiales et les institutions nationales du marché du travail de différentes manières et les interactions ont changé avec la mise en œuvre de nouvelles réformes. Par conséquent, les estimations des composantes structurelle et cyclique du chômage doivent être réalisées avec une certaine prudence. Mais il est clair qu’une telle hétérogénéité des institutions du marché du travail est une source de fragilité pour l’union monétaire. »

Mario Draghi, « Unemployment in the euro area », discours prononcé à la conférence de Jackson Hole, 22 août 2014. Traduit par Martin Anota

mardi 23 juillet 2013

La technologie et les destructions d'emplois

laptop.jpg

« Y a-t-il quelque chose à propos de la dernière vague de technologies de l'information et de la communication qui soit particulièrement destructeur pour l'emploi ? David Rotman propose un aperçu des arguments dans son article "How Technology Is Destroying Jobs" paru dans le numéro juillet-août 2013 dans la Technology Review du MIT.

D'un côté, Rotman met l’accent sur le travail réalisé par Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee : "que les robots, l’automatisation et le logiciel puissent remplacer les gens pourrait sembler évident pour quelqu'un qui a travaillé dans l'industrie automobile ou comme agent de voyage. Mais l’affirmation de Brynjolfsson et McAfee est plus troublante et sujette à controverse. Ils suggèrent que le changement technologique a détruit des emplois plus rapidement qu’il n’en a créés, ce qui a contribué à la stagnation du revenu médian et à la croissance des inégalités aux États-Unis. Et, ils soupçonnent que quelque chose de semblable se passe dans d'autres pays technologiquement avancés".

Pour démontrer leurs propos, ils offrent le graphique suivant qui montre la croissance de la productivité et de l'emploi dans le secteur privé. A partir de 1947, les deux variables croissent plus ou moins à la même vitesse. Mais à partir des années deux mille, un fossé se creuse : la productivité augmente plus rapidement que l'emploi du secteur privé.

GRAPHIQUE Productivité et emploi aux Etats-Unis

taylor_techno_job.png

source : Rotman (2013)

Après avoir lu ce graphique, je suis allé sur le site du Bureau of Labor Statistics pour observer l’évolution de l’emploi total aux Etats-Unis. Il y avait au total 132,6 millions d’emplois aux Etats-Unis en décembre 2000. Ensuite, il y a une baisse associée à la récession de 2001, une hausse associée aux bulles immobilière et financière, une baisse associée à la Grande Récession, et plus récemment un rebond à 135,6 millions d'emplois en mai 2013. (…) L'emploi total aux États-Unis est désormais supérieur d’environ 2,2 % à ce qu'il était au début du siècle.

Pourquoi ce changement ? Les arguments qui trouvent leur racine dans le progrès technique semblent finalement se ramener à cela : "Les technologies telles que le Web, l'intelligence artificielle, les big data et l’analyse améliorée (rendues possibles par le développement d’une puissance de calcul bon marché et des capacités de stockage) permettent d’automatiser de nombreuses tâches de routine. D’innombrables emplois attachés traditionnellement aux cols blancs, par exemple dans les bureaux de poste et le service à la clientèle, ont disparu. W. Brian Arthur (…) appelle cela l'économie autonome (autonomous economy). C'est beaucoup plus subtil que l'idée selon laquelle les robots et l'automatisation occupent des emplois d’êtres humains. Selon lui, il s'agit de procédés numériques qui communiquent avec d'autres procédés numériques et créent de nouveaux processus, qui nous permettent de faire beaucoup de choses avec moins de personnes et qui rendent encore d'autres emplois obsolètes."

Il y a bien sûr d’autres arguments à propos de la faible croissance de l’emploi qui se fondent sur d’autres facteurs. Prendre l'année 2000 comme point de départ ne permet pas de réaliser une comparaison juste, parce que l'économie américaine était alors au milieu de l’insoutenable bulle internet et parce que l'économie aujourd’hui ne s’est pas encore pleinement remise de la crise la plus sévère depuis la Grande Dépression. En outre, des changements démographiques ont eu lieu lors des précédentes décennies, tels que l’arrivée des baby-boomers dans la population active entre les années 1960 et les années 1980 ou encore l’arrivée des femmes dans la population active. Comme ces tendances se sont atténuées, on pourrait s'attendre à ce que le nombre total d'emplois augmente plus lentement.

(…) Tandis que la technologie a longtemps eu un effet perturbateur, l'économie a montré une tendance historique à s'ajuster au fil du temps. Rotman écrit : "Au moins depuis que le début de la révolution industrielle (…), les améliorations technologiques ont changé la nature du travail et détruit certains types d'emplois au cours du processus. En 1900, 41 % des Américains travaillaient dans l'agriculture ; en 2000, ils n’étaient plus que 2 %. De même, la proportion d'Américains employés dans le secteur manufacturier est passée de 30 % à 10 % entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et aujourd'hui, en partie en raison du développement de l'automatisation... Même si les technologies numériques pèsent aujourd’hui sur la création d'emplois, l'histoire suggère qu’il s’agit probablement d’un choc temporaire, quoique douloureux ; comme les travailleurs adaptent leurs compétences et les entrepreneurs créent de nouvelles opportunités à partir des nouvelles technologies, le nombre d'emplois va rebondir. Cela, jusqu’à maintenant, a toujours été la tendance. La question est donc de savoir si les technologies informatiques d'aujourd'hui sont différentes des précédentes et sont alors susceptibles de créer du chômage involontaire à long terme".

Les États-Unis et d'autres pays à revenu élevé ont connu de profonds changements technologiques au cours du siècle passé, or le taux de chômage américain était encore inférieur à 6 % avant 2007. Il me semble par conséquent prématuré d’affirmer que la technologie soit désormais sur le point d’entraîner une pénurie d'emplois. Cette crainte va peut-être se révéler vraie cette fois-ci, mais elle irait alors à l'encontre de deux siècles d'histoire économique.

Cependant, il est plausible que le développement technologique interagisse avec la mondialisation pour modifier les niveaux de rémunération dans la population active et contribue ainsi à accroître les salaires au sommet de la répartition des revenus et à diminuer les salaires en son milieu. (…)

Étant donné que les développements actuels de la technologie peuvent se révéler très perturbants pour les travailleurs, j’en conclus qu’il est important de trouver des moyens pour que davantage de travailleurs puissent travailler avec les ordinateurs et les robots de façon à accroître leur productivité. Rotman donne l’exemple d'une telle transition sociale : "Larry Katz de l'Université d’Harvard a montré que les Etats-Unis ont prospéré au début des années 1900, en partie parce que l'enseignement secondaire est devenu accessible à beaucoup de gens à un moment où l'emploi dans l'agriculture se contractait. La conséquence, du moins jusqu’aux années 1980, fut une augmentation du nombre de travailleurs instruits qui avaient trouvé un emploi dans les secteurs industriels, ce qui stimula les revenus et réduisit les inégalités. Katz en conclut que le changement technologique n’a pas forcément des conséquences douloureuses à long terme pour le marché du travail". (…)

Les arguments utilisés pour décrire la façon par laquelle la technologie affecte l’emploi me rappellent un peu une vieille histoire de la littérature en économie du développement. Un économiste visite un projet de travaux publics dans un pays en développement. Le projet consiste à construire un barrage et des dizaines de travailleurs creusent dans la terre avec leur pelle et la portent vers le barrage. L'économiste regarde pendant un moment, puis se tourne vers le chef de projet pour dire : "Avec tous ces travailleurs qui utilisent des pelles, ce projet va prendre une éternité et il ne va pas être d’une très haute qualité. Pourquoi ne pas utiliser quelques bulldozers ici ?" Le chef de projet répond : "Je peux vous dire que vous n'êtes pas non familier avec l'économie politique d'un projet comme celui-ci. Bien sûr, nous voulons construire à terme le barrage, mais en vrai, l'un des principaux objectifs de ce projet est de créer des emplois. Travailler avec un bulldozer détruirait ces emplois". L'économiste réfléchit un peu à cette réponse, puis répond : "Eh bien, si vous voulez avant tout créer des emplois, pourquoi donner des pelles aux travailleurs ? N’auriez-vous pas créé encore plus d'emplois s’ils utilisaient des cuillères pour déplacer la terre ?"

L'idée que tout le monde pourrait avoir un emploi si seulement la diffusion des nouvelles technologies était contenue n’est pas neuve. Mais le reste du monde ne va pas faire marche arrière dans l'utilisation des nouvelles technologies. Et la future prospérité des Etats-Unis ne sera pas construite par des travailleurs qui utilisent l'équivalent métaphorique de cuillères, mais bien celui de bulldozers. »

Timothy Taylor, « Technology and job destruction », in Conversable Economist (blog), 20 juin 2013. Traduit par M.A.

dimanche 21 juillet 2013

Chômage, écart de production et flexibilité salariale

« Ce billet porte sur l'impact de la flexibilité des salaires nominaux et réels sur l’emploi et sur l’output gap. (…) J'essaie de rendre l'analyse aussi accessible que possible aux non-économistes.

Commençons avec une économie où l’output gap est égal à zéro et où il n’y a pas de chômage involontaire. Tout dans cette économie va très bien, (…) elle est efficiente. Ensuite, une crise survient et conduit les consommateurs à moins dépenser et à davantage épargner, si bien que la demande globale s’effondre. Normalement, dans une telle situation, la banque centrale réduit suffisamment les taux d'intérêt nominaux et réels pour restaurer la demande globale. Une fois que c’est le cas, appelez tout dans cette économie comme "naturel", de sorte que le taux d'intérêt réel qui restaure la demande est qualifié de "taux d'intérêt naturel". Le niveau naturel de la production peut ne pas être le même que le niveau d'avant-crise, notamment parce que le nouveau taux d'intérêt naturel peut avoir des effets sur les comportements de travail. Cependant, le niveau naturel est le niveau de production que les autorités publiques devraient viser. Durant la Grande Récession, ce mécanisme n'a pas fonctionné, parce que les taux d'intérêt nominaux ont atteint zéro et peut-être aussi parce que la politique monétaire a plafonné les anticipations d'inflation. Par conséquent, les taux d'intérêt réels demeurent au-dessus du niveau naturel. En outre, la politique budgétaire est entre les mains de personnes qui ne savent rien de la macroéconomie, il n'y a pas d'aide à obtenir de ce côté-là. Mais les autorités monétaires pensent encore qu’elles peuvent faire quelque chose de "non conventionnel", alors elles veulent savoir ce qu'il faut viser. La réponse est que, aussi longtemps que ce qu'ils font ne fausse pas sérieusement l'économie, ils devraient essayer d'atteindre le niveau de production naturel, parce que cela rend l’économie efficiente.

La différence entre le niveau actuel de la production et l’hypothétique niveau naturel est appelé "écart de production" (output gap). On définit traditionnellement l'écart de production comme la différence entre la production réelle et le "potentiel productif", ce dernier correspondant au montant de production qui serait obtenu si tous les facteurs de production étaient pleinement utilisés. C'est souvent de cette manière que l'écart de production est mesuré en pratique, bien que les problèmes de mesure peuvent s’avérer importants, comme le note Paul Krugman. Le problème au niveau conceptuel, c'est que cette approche néglige les considérations d'optimalité, donc la macroéconomie théorique d’aujourd’hui utilise le niveau de production naturel pour définir l'écart de production. Cela a l'avantage de nous dire ce que les autorités publiques doivent chercher à faire : atteindre le niveau de production naturel.

Maintenant, imaginez trois économies presque identiques où un écart de production subsiste parce que les taux d'intérêt nominaux ont atteint zéro. Le niveau des taux d'intérêt réels qui permettrait d'éliminer l'écart de production est le même dans les trois économies (c'est-à-dire que ces dernières ont les mêmes niveaux naturels de production). Dans la première économie, les travailleurs résistent aux réductions de salaires nominaux, donc réduit la pression du chômage sur les salaires réels. (Même les entreprises peuvent être réticentes à réduire les salaires, comme le suggère cette étude) Si les salaires nominaux cessent de baisser, les entreprises vont arrêter de baisser leurs prix à un certain moment afin de protéger leurs profits. Cette situation se caractérise par un plus faible niveau de demande globale, par une production inefficiente et un chômage élevé, mais les salaires et les prix sont stables. La politique monétaire non conventionnelle a une large marge de manœuvre, même si l'inflation ne chute pas.

Dans les deux autres économies, les salaires nominaux continuent de chuter. Dans la deuxième économie, les prix sont réduits de la même proportion, donc les salaires réels restent inchangés, tandis que dans la troisième économie, ce n’est pas le cas, si bien que les salaires réels chutent. Ainsi, dans la deuxième économie, l’inflation est plus faible que dans la première, mais les salaires réels sont les mêmes. Est-ce que cette baisse du taux d'inflation augmente ou diminue l'écart de production ? Cela dépend de si la production réelle chute ou augmente suite au ralentissement de l'inflation : le niveau naturel de la production implique une économie hypothétique qui n'est pas affectée par le fait que les salaires nominaux tombent ou non dans l'économie. La production réelle peut diminuer si l’inflation négative pousse les débiteurs à beaucoup moins dépenser, mais les créanciers pas plus (ce mécanisme est discuté dans un billet de Mark Thoma). En revanche, si les autorités monétaires n’avaient qu’une faible marge de manœuvre parce que l'inflation ne décélérait pas (ce qui peut-être le cas de la Banque d’Angleterre, par exemple), alors, comme le dit David Beckworth, la plus faible inflation pourrait augmenter la production réelle en encourageant la banque centrale à assouplir sa politique monétaire non conventionnelle.

Qu’en est-il de la troisième économie où les salaires réels ont baissé ? Supposons que les entreprises réagissent à la baisse des salaires réels en substituant du travail au capital et que ce processus se poursuive jusqu'à ce que tous ceux qui désirent travailler trouvent un emploi. Alors, le chômage involontaire disparaît dans la troisième économie. Mais l'écart de production est-il plus faible ? Une fois de plus, le niveau naturel de la production n'a pas changé. (Il a été fixé dans notre économie hypothétique où les taux d'intérêt réels sont tombés à leur niveau naturel.) Donc, la question clé est de savoir si la baisse des salaires réels et la baisse du chômage réduisent ou bien augmentent la demande globale et par là la production réelle. Cela peut aller dans un sens ou l’autre. Il est donc parfaitement possible que la production effective et par conséquent l’output gap soient exactement les mêmes dans les trois pays, même si le chômage est revenu à son taux naturel dans une seule et que les deux autres ont de très différents taux d'inflation.

Cette comparaison suggère que ceux qui prétendent que le chômage dans les deux premières économies trouve son origine dans une sorte de rigidité des salaires passent à côté de l’essentiel. Le problème fondamental est l’insuffisance de demande globale. On pourrait dire que la troisième économie est mieux lotie que les deux autres, parce que le fardeau de l’insuffisance de la demande est uniformément répartie (tout le monde a de plus faibles salaires réels), plutôt que d'être concentrée sur les chômeurs. Mais la meilleure solution est d'augmenter la demande globale, parce que cela fait disparaître ce fardeau.

J'ai commencé à écrire ce billet à cause d'une récente étude réalisée par Pessoa et van Reenan, qui suggère que le mystérieux déclin de la productivité du travail britannique dont j’ai auparavant parlé peut en grande partie s'expliquer par une croissance anormalement lente des salaires réels au Royaume-Uni. Le mécanisme qu'ils ont à l'esprit est tout à fait traditionnel : si les salaires réels sont faibles, les entreprises substituent du travail au capital. Cela peut expliquer à son tour (voir Neil Irwin par exemple) pourquoi le chômage au Royaume-Uni s’éleva moins amplement qu'aux États-Unis, même si la performance de la production au Royaume-Uni était pire. (...)

En ce qui concerne l'économie britannique, les affirmations de Pessoa et de Van Reenan sont discutables. (…) Ben Broadbent a affirmé que pour que l'histoire de la substitution des facteurs puisse expliquer ce qui s’est passé au Royaume-Uni, l'investissement aurait dû complètement s’effondrer, ce qui n’est pas le cas. (…) Cependant, la plupart s'accordent pour dire qu’une part de cette substitution des facteurs se poursuit au Royaume-Uni. Donc, ma réflexion théorique suggère que, en diffusant davantage le fardeau de l’insuffisance de la demande globale, cette "flexibilité des salaires réels" au Royaume-Uni a pu être une bonne chose, mais cela ne signifie pas que le problème de la demande globale ne se pose plus. Cela suggère qu’en regardant le seul chômage, nous risquons de sous-estimer la taille de l’output gap. Banquiers centraux, prenez note de tout ça ! »

Simon Wren-Lewis, « Unemployment, the output gap and wage flexibility », in Mainly Macro (blog), 19 juillet 2013. Traduit par M.A.

samedi 13 juillet 2013

Pourquoi la borne inférieure zéro importe

« Je pense qu'il est important de faire la distinction entre deux arguments pour justifier de l’importance de la borne inférieure zéro (zero lower bound) des taux d'intérêt nominaux. (…) Si le premier argument est discutable, je crois qu’il est très difficile de rejeter le second.

Le premier argument (…) est que la politique monétaire non conventionnelle ne fonctionne pas ou plutôt qu’elle atteint les limites de ce qu’elle peut faire (…). Bref, la politique monétaire à la borne inférieure zéro ne peut pas atteindre pleinement les objectifs de la politique monétaire. Le second argument (…) est que l'impact de la politique monétaire devient plus incertain. Selon le second argument, une dose particulière de politique monétaire non conventionnelle est susceptible de reproduire ce que la politique de taux d'intérêt pourrait atteindre dans un autre contexte, mais il y a plus d'incertitude sur ce qui correspond à la dose appropriée. L'impact de toute mesure de politique monétaire non conventionnelle est donc moins prévisible que l'impact de la politique conventionnelle.

Une grande partie du débat autour de la politique monétaire non conventionnelle repose sur le premier argument. Une caractéristique importante de l’assouplissement quantitatif (quantitative easing) est que sa taille est potentiellement illimitée : la banque centrale peut créer autant de réserves qu’elle désire. Donc, si l'impact de chaque unité de QE sur l'économie est constant, même si cette constante est petite, et si nous connaissons cette constante, alors nous pouvons moduler la taille de l’assouplissement pour qu'il ait l'effet souhaité. Cependant, il semble beaucoup plus probable que cette politique monétaire ait des rendements décroissants, mais pour être honnête je n'ai aucune idée si cela signifie qu'il y ait des limites à ce que la politique monétaire peut faire actuellement. Il y a aussi ceux qui craignent que la politique monétaire non conventionnelle ait des effets secondaires dangereux sur la stabilité financière si elle devient trop large. Comme je le disais, le premier argument est discutable.

Ce qui semble clair pour moi, c'est que nous en savons beaucoup moins sur l'impact de l'assouplissement quantitatif ou des autres mesures de politique monétaire non conventionnelle que nous en savons sur la politique monétaire conventionnelle. Cela suit presque par définition : nous avons des modèles bien établis pour la politique conventionnelle et beaucoup plus de données pour vérifier ces modèles. Ce que les données dont nous disposons suggèrent également est que l'impact de la politique monétaire non conventionnelle est plus incertain. (C'est la conclusion que tire John Williams, qui a fait une bonne partie du travail sur leur impact et je n'ai jamais entendu quelqu'un soulever des arguments contre ce point de vue.) C'est pourquoi je pense qu'il est très difficile de nier que l'impact de la politique monétaire à la borne inférieure zéro soit beaucoup plus incertain par rapport à la politique monétaire en dehors de la borne inférieure zéro.

Pourquoi fais-je cette distinction ? Une bonne politique monétaire tente non seulement d'atteindre le meilleur résultat possible pour l'économie, mais elle tente aussi de réduire l'incertitude associée à ce résultat. En effet, nous pourrions bien être sacrifier une partie de l’efficacité pour réduire l’incertitude : l'incertitude est en général indésirable. Une méthode standard pour juger des mérites d'une règle particulière pour la politique macroéconomique, par exemple, est de se demander si elle réduit la variance de la production ou de l'inflation lorsque l'économie subit un ensemble standard de chocs.

Retournons voir un vieil ami. Supposons que vous soyez médecin et vous disposiez de deux médicaments pour traiter une maladie. L’un est fiable, mais l'autre nécessite une série d’essais et d’erreurs pour obtenir la bonne dose et sa prise s’accompagne parfois de désagréables effets secondaires. Dans ces circonstances, vous préférez ne pas manquer du médicament fiable. Vous faites tout votre possible pour éviter de manquer de médicament fiable.

Vu sous cet angle, il devient presque indéniable que l'austérité budgétaire à la borne inférieure zéro est une politique dangereuse. En nous rendant plus dépendant de la politique monétaire non conventionnelle, cela augmente l'incertitude macroéconomique. Cela nous pousse à recourir davantage au remède peu fiable. Je pense qu'une grande partie du débat quant à savoir si la politique monétaire est la seule chose chose dont nous ayons besoin se focalise sur le premier argument, mais néglige le second. »

Simon Wren-Lewis, « The two arguments why the zero lower bound matters », in Mainly Macro (blog), 12 juillet 2013. Traduit par M.A.

mercredi 3 avril 2013

Le chômage en zone euro

Taux de chômage (en %)
EcoEuroUnemp1.jpg EcoEuroUnemp2.jpg
source : The Economist (2013)

lundi 7 janvier 2013

Licenciements et santé

chomage_sante.jpg

« Les réallocations d'emplois sont perçues comme une caractéristique essentielle d’un bon fonctionnement des marchés du travail, comme les entreprises les plus productives croissent, tandis que les moins productives se contractent, voire disparaissent. Cependant, en dépit des avantages potentiels qu’elles ont pour l'économie, les travailleurs réaffectés supportent des coûts importants. Bien qu'une abondante littérature mette l'accent sur les pertes de revenus occasionnées par la réallocation, on sait beaucoup moins de choses sur l’impact que ces pertes d'emplois peuvent avoir sur la santé des travailleurs. Cette question est particulièrement importante, étant données les fortes hausses des taux de chômage qui se sont produites avec les ralentissements économiques de ces dernières années.

Il existe plusieurs mécanismes par lesquels les suppressions d'emplois peuvent affecter la santé. Les suppressions d'emplois augmentent le stress, qui est connu pour avoir des effets négatifs sur la santé cardiovasculaire. Cependant, il existe peu de données sur le lien entre les causes spécifiques de stress (telles que les changements dans le statut d’emploi ou les pertes de revenu) et la santé cardio-vasculaire (Bosma, Siegrist et Marmot, 1998 ; Kirvimaki et ses coauteurs, 2002). Les variations du revenu induites par la réallocation pourraient également influer sur les habitudes de consommation, ce qui pourrait avoir un effet soit positif ou négatif sur la santé. Par exemple, une personne peut répondre à la baisse des revenus en réduisant sa consommation de cigarettes et d'alcool ou, au contraire, en réduisant sa consommation de fruits et légumes frais. Enfin, les changements dans la situation d'emploi qui accompagnent le déplacement peuvent affecter le temps passé à faire de l'exercice et, de cette façon, impactent la santé.

(…) Nous examinons comment les déplacements d'emplois en Norvège affectent directement la santé cardiovasculaire en utilisant un échantillon d'hommes et de femmes qui sont pour la plupart d’entre eux au début de la quarantaine. Notre base de données fusionne les données du registre de la population de la Norvège avec de nouvelles données d'enquête représentatives sur la santé et les comportements sanitaires. (…) Nous déterminons quels employés perdent leur emploi en raison de fermetures d'usines ou de licenciements collectifs et suivons la santé des travailleurs réaffectés et non réaffectés 5 ans à 7 ans après la réaffectation. Nous nous concentrons sur l'effet de la réallocation sur les variables cardiaques (cholestérol, l'hypertension artérielle, le tabagisme, indice de masse corporelle) ainsi que sur deux indices qui mesurent le risque de maladie cardiaque. (...)

Notre travail a un certain nombre d'avantages par rapport aux travaux existants. Nous observons la population norvégienne, donc nous sommes en mesure de suivre un grand nombre de travailleurs déplacés, y compris ceux qui quittent le marché du travail. En outre, nos données d'enquête de santé contiennent des tests de diagnostic, y compris la pression artérielle et le cholestérol, ainsi que des informations relatives à certains comportements liés à la santé comme le tabagisme.

Nous constatons que le déplacement d'emplois a un effet négatif sur la santé des travailleurs déplacés. Surtout, il semble qu'une grande partie de cet effet est attribuable à la hausse du tabagisme chez les hommes et chez les femmes. Chose intéressante, il n'y a pas d'effet sanitaire équivalent sur les conjoint(e)s de ces travailleurs. Cependant, nous constatons des effets négatifs sur la santé des travailleurs dans les entreprises où ont lieu les réductions d’effectif, même si ces travailleurs ne sont pas touchés par ces dernières. »

Sandra E. Black, Paul J. Devereux et Kjell G. Salvanes, « Losing heart? The effect of job displacement on health », NBER working paper, n° 18660, décembre 2012.

samedi 5 janvier 2013

Les grands problèmes macroéconomiques : le chômage

chomage_2.jpg

« Je poursuis la réflexion amorcée dans mon précédent billet en me penchant sur les principaux points de désaccord en macroéconomie. (…) Les économistes (orthodoxes) sont si divisés sur ces questions que toute idée de consensus (…) est une absurdité. Le fait que, en dépit de ces profonds désaccords, de nombreux spécialistes en macroéconomie ne voient aucun problème est, lui-même, une partie du problème. Je vais commencer par la question centrale de la macroéconomie, en l’occurrence le chômage. C'est la question centrale, car la macroéconomie a vu le jour avec l’affirmation de Keynes selon laquelle l'économie de marché peut durablement rester dans une situation où le chômage est élevé et l’offre excédentaire sur tous les marchés. Si cette affirmation est fausse, comme le soutiennent les néoclassiques, alors il n'y a pas besoin de faire de la macroéconomie un champ spécifique de la science économique : tout peut et doit être dérivé de la microéconomie (néoclassique standard).

Selon la conception néoclassique, le chômage résulte de problèmes sur le marché du travail et ne peut être supprimé qu’en résolvant ces problèmes. Dans le camp néoclassique, la théorie des cycles d’affaires réels (real business cycle theory) conçoit le chômage conjoncturel comme une réponse volontaire aux chocs technologiques et aux changements dans les préférences pour le loisir. Pour reprendre la boutade de Krugman, les théoriciens des cycles d’affaires réels devraient rebaptiser la Grande Dépression des années trente les Grandes Vacances. Plus généralement, les néoclassiques cherchent à expliquer le chômage de longue durée par les distorsions du marché du travail telles que le salaire minimum, les syndicats, les restrictions en matière d'embauche et de licenciement, etc. L'école des cycles réels a principalement traité la Grande Dépression comme un cas exceptionnel (…) et elle n’a pas davantage réussi à expliquer la Grande Récession. Bien que certains aient essayé de le faire, il est absurde d'expliquer la récession actuelle comme le produit de chocs technologiques au sens ordinaire du terme. Si vous ramenez l'effondrement du secteur financier à un simple choc technologique, la théorie des cycles d’affaires réels s’avère aussi utile que le constat que l'opium vous fait somnoler à cause de ses propriétés dormitives. Puisque les booms et effondrements du secteur financier sont clairement conduits par le cycle conjoncturel général, vous obtenez la théorie selon laquelle le cycle d’affaires est causé par... le cycle d’affaires.

Une lecture approfondie de la théorie néoclassique du chômage fait apparaître deux problèmes majeurs. Tout d'abord, au cours des vingt ou trente dernières années, les syndicats ont perdu de leur pouvoir, les salaires minima ont généralement diminué en termes réels, ou du moins par rapport aux salaires moyens, et les marchés du travail ont été "réformés" pour gagner en flexibilité. Donc, la théorie néoclassique suggère que l’on pourrait s'attendre dans un tel contexte à ce que le chômage soit faible et décline. Certains ont cru percevoir le faible taux de chômage américain des années quatre-vingt-dix et (dans une moindre mesure) des années deux mille comme une confirmation de cette théorie, mais les fortes hausses du chômage qui ont été observées depuis viennent l’invalider. Un problème encore plus important qui se pose à la théorie néoclassique est que, depuis 2008, le chômage a fortement augmenté dans de nombreux pays, dotés de très différentes institutions. Beaucoup de ces pays ont réagi en réduisant les protections sociales (c’est le cas de la Lettonie, par exemple), mais le chômage est resté élevé.

La principale alternative à la vision néoclassique est une interprétation du keynésianisme qui met l’accent sur la "viscosité" (stickiness) des prix et salaires. Elle se fonde sur l'idée que l'économie est soumise à des chocs négatifs de demande, à cause desquels les prix et des salaires se révèlent trop élevés, mais il est difficile de réduire ces derniers en raison de défauts de coordination. Réduire les salaires et les prix dans un secteur ou bien réduire les salaires sans toucher aux prix n'aide aucunement. En fait, la baisse des salaires ne peut que davantage déprimer la demande globale. Ainsi, l'économie est confrontée au sous-emploi pour une longue période. Si vous acceptez l'histoire des salaires rigides, alors vous comprenez la politique que soutiennent les nouveaux keynésiens. Celle-ci affirme que, dans des conditions normales, la politique monétaire peut être utilisée pour éviter la déflation. En revanche dans une situation de «trappe à liquidité» (liquidity trap), telle que nous connaissons actuellement, où les taux d'intérêt sont leur borne inférieure zéro (zero lower bound) et où l'expansion de l’offre de monnaie n'a aucun effet, il est nécessaire que les gouvernements génèrent directement de la demande en assouplissant la politique budgétaire.

Beaucoup de keynésiens (…) et d'économistes critiques vis-à-vis du point de vue néoclassique ne sont pas satisfaits de cette théorie de la viscosité des prix ou du moins la considèrent comme incomplète. (…) Le gros problème avec l'histoire des salaires visqueux est qu'elle suppose implicitement un équilibre général unique qui serait associé à une seule répartition des salaires réels. Mais les processus politiques et la lutte des classes ont en réalité beaucoup de marge de manœuvre pour influer sur les salaires et le chômage fait en outre partie intégrante de cette lutte (l’"armée industrielle de réserve"). Ainsi, la réduction des salaires réels lors d’une dépression peut induire un nouvel équilibre caractérisé par un salaire plus faible, ce qui laisse les salaires en vigueur encore "trop élevés" pour équilibrer le marché du travail. (…) Sur le plan empirique, l'histoire des salaires rigides implique que les salaires réels devraient être contracycliques (c’est-à-dire plus élevés en période de récession). Les versions alternatives du keynésianisme impliquent généralement le contraire. Les données empiriques sont malheureusement indécises sur ce point. Mais les désaccords qui existent entre keynésiens, ou bien entre les keynésiens et les différentes écoles hétérodoxes, sont moins importants que leur désaccord commun avec le point de vue néoclassique. »

John Quiggin, « The big issues in macroeconomics: unemployment », in Crooked Timber (blog), 3 janvier 2013.

dimanche 2 décembre 2012

L'austérité en zone euro : les méandres d'une stratégie autodestructrice

vidraca.jpg

« Quatre ans après le début de la Grande Récession, la zone euro reste en crise. Le PIB et le PIB par tête sont inférieurs à leur niveau d'avant-crise. Le taux de chômage a atteint le niveau historique de 11,6 % en septembre 2012 (…). La soutenabilité de la dette publique est une préoccupation majeure pour les gouvernements nationaux, la Commission européenne et les marchés financiers, mais les larges et successifs programmes de consolidation budgétaire se sont révélés inefficaces pour l’assurer. Jusqu'à présent, l’affirmation selon laquelle l'austérité est la seule stratégie possible pour sortir de cette impasse a été la pierre angulaire du message des dirigeants politiques aux citoyens européens.

Mais cette affirmation est fondée sur un diagnostic erroné : la crise proviendrait des excès budgétaires des Etats-membres. Pour la zone euro dans son ensemble, la politique budgétaire n'est pourtant pas à l'origine du problème. Le gonflement des déficits et des dettes fut une réaction nécessaire des gouvernements face à la pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale. La réponse budgétaire a réussi à deux égards : elle a stoppé la spirale récessive et atténué la crise financière. Par conséquent, elle a conduit à une forte hausse de la dette publique dans tous les pays de la zone euro.

En temps normal, la soutenabilité de la dette publique est un problème de long terme, alors que le chômage et la croissance sont des problèmes de court terme. Pourtant, craignant une flambée imminente des taux d'intérêt et étant contraints par le pacte de stabilité et de croissance (PSC), les États-membres et la Commission européenne ont inversé les priorités, alors même que l’activité économique ne s’était pas encore pleinement stabilisée. Ce choix reflète en partie les écueils bien connus du cadre institutionnel de l'Union économique et monétaire (UEM). Mais il reflète aussi une vision dogmatique des choses selon laquelle la politique budgétaire est incapable de gérer la demande et le poids des administrations publiques doit être bridé et limité. Cette idéologie a conduit les Etats-membres à mettre en œuvre des plans d’austérité massifs aux plus mauvais moments.

Comme il est clair maintenant, cette stratégie est profondément erronée. Les pays de la zone et en particulier les pays du sud ont cherché à consolider leurs finances publiques dans la précipitation. Les mesures d'austérité ont atteint une dimension qui n'avait jamais été observée dans l'histoire de la politique budgétaire. La variation cumulée de la politique budgétaire de la Grèce de 2010 à 2012 s'élève à 18 points de PIB. Pour le Portugal, l'Espagne et l'Italie, elle a atteint respectivement 7,5, 6,5 et 4,8 points de leur PIB. La consolidation s’est rapidement synchronisée, conduisant à des répercussions négatives pour la zone euro dans son ensemble, en amplifiant les effets de premier tour. La réduction de la croissance économique, à son tour, rend de moins en moins probable la soutenabilité de la dette publique. Ainsi, l'austérité a été clairement vouée à l'échec (…).

Depuis le printemps 2011, le chômage dans l'UE-27 et en zone euro s’est rapidement accru et le chômage a augmenté de 2 millions de personnes rien que l’année dernière. Le chômage des jeunes a également augmenté de façon spectaculaire au cours de la crise. Au deuxième trimestre de 2012, 9,2 millions de jeunes âgés de 15-29 ans étaient au chômage, ce qui correspond à 17,7 % des 15-29 ans dans la population active et représente 36,7 % du total des chômeurs dans l'UE-27. Le chômage des jeunes a augmenté plus fortement que le taux de chômage global dans l'UE. Les mêmes tendances sont observées pour les travailleurs peu qualifiés. Que nous enseigne l’expérience passée ? Une fois que le chômage a atteint un niveau élevé, il a tendance à y rester les années suivantes. Il s’agit du phénomène de persistance (ou d’hystérésis). (…) Au deuxième trimestre de 2012, près de 11 millions de personnes dans l'UE étaient au chômage depuis un an ou plus. L’année dernière, le nombre de chômeurs de longue durée a augmenté de 1,4 million dans l'UE-27 et de 1,2 million au sein de la seule zone euro. Par conséquent, la taille effective de la population active s’est réduite, ce qui peut conduire en fin de compte à un niveau plus élevé de chômage structurel. Ainsi, il sera plus difficile de générer de la croissance et des finances publiques saines à moyen terme au sein de l'UE. Outre l'effet du chômage de longue durée sur la croissance potentielle et les finances publiques, le chômage de longue durée peut provoquer une augmentation de la pauvreté (…). Nous estimons que le chômage de longue durée peut atteindre 12 millions dans l'UE et 9 millions dans la zone euro à la fin de 2013.

Ce qui est frappant, c'est que les conséquences de la consolidation (…) ont été largement sous-estimées. (…) Les analyses théoriques et empiriques affirmant que la taille des multiplicateurs budgétaires est plus large dans une situation fragile ont été négligées. Concrètement, alors qu’en temps normal, c’est-à-dire lorsque l'écart de production (output-gap) est proche de zéro, une réduction d'un point de PIB du déficit structurel réduit l'activité de 0,5 à 1 % (ce qui correspond au multiplicateur budgétaire), cet effet dépasse 1,5 % dans les mauvais moments et peut même atteindre 2 % lorsque le climat économique est sévèrement déprimé. Toutes les caractéristiques (la récession, les taux directeurs de la banque centrale à leur borne zéro, l’absence de dévaluation compensatrice, l'austérité parmi les principaux partenaires commerciaux) connues pour générer des multiplicateurs plus élevés que la normale sont observables dans la zone euro.

La reprise qui avait été observée à partir de la fin de l'année 2009 s’est enrayée. La zone euro est entrée dans une nouvelle récession au troisième trimestre de 2011 et la situation ne devrait pas s'améliorer : le PIB devrait reculer de 0,4% en 2012 et à nouveau de 0,3% en 2013. L'Italie, l'Espagne, le Portugal et la Grèce semblent sombrer dans une dépression sans fin. Le taux de chômage a grimpé à un niveau record dans la zone euro et surtout en Espagne, en Grèce, au Portugal et en Irlande. La confiance des ménages, des sociétés non financières et des marchés financiers s'est effondrée à nouveau. Les taux d'intérêt n'ont pas reculé et les gouvernements des pays du Sud se heurtent encore à une prime de risque insoutenable sur leurs taux d'intérêt, en dépit de quelques initiatives politiques, tandis que l'Allemagne, l'Autriche ou la France bénéficient de taux d'intérêt historiquement bas.

Plutôt que de se concentrer sur les déficits publics, il faut s’attaquer à la cause sous-jacente à la crise. La zone euro a souffert principalement d'une crise de balance des paiements en raison de l'accumulation de déséquilibres des comptes courants entre ses membres. Lorsque les flux financiers nécessaires pour financer ces déséquilibres s’asséchèrent, la crise prit la forme d'une crise de liquidité. Des mesures auraient dû être prises pour ajuster les salaires et prix nominaux d'une manière équilibrée, en réduisant les répercussions négatives sur la demande, sur la production et sur l'emploi. Au lieu de cela, le salut a été recherché dans l'austérité généralisée ; celle-ci a provoqué une baisse de la demande, des salaires et des prix via la hausse du chômage.

Même si une certaine consolidation budgétaire était certainement un élément essentiel d'une stratégie de rééquilibrage dans certains pays pour freiner les excès du passé, il est essentiel que les pays ayant de larges excédents, en particulier l'Allemagne, prennent des mesures symétriques pour stimuler la demande et assurer une croissance plus rapide des salaires et prix nominaux. En revanche, le fardeau de l'ajustement s’est reposé sur les seuls pays déficitaires. Certains progrès ont été accomplis pour résoudre les déséquilibres de compétitivité, mais le coût a été énorme. L'incapacité à assurer une réponse équilibrée des pays excédentaires accroît aussi l'excédent commercial global de la zone euro. Ce n'est probablement pas une solution durable, car elle déplace l'ajustement sur les pays en dehors de la zone euro et provoquera des contreréactions. »

OFCE, ECLM & IMK, « Independent Annual Growth Survey - First report », novembre 2012.

mardi 6 novembre 2012

Les reprises sans emplois aux Etats-Unis

jobless.jpg

« Le fait que l'emploi se redresse plus lentement que le PIB est un phénomène relativement nouveau. Les reprises sans emplois ne sont vraiment survenues que suite aux récessions de 1991 et de 2001. Ces trois dernières reprises constituent une rupture nette par rapport aux précédents épisodes de récession observés après la Seconde Guerre mondiale, épisodes au cours desquels le PIB et l'emploi rebondissaient vigoureusement suite aux récessions. (…)

Une reprise sans emplois n'est pas simplement un retard des entreprises dans leurs embauches. (…) Elle peut être attribuée à un manque de reprise dans tout un sous-ensemble des emplois, en l’occurrence les emplois focalisés sur la routine ou les tâches répétitives, ces dernières étant de plus en plus effectuées par des machines. (…) Les professions concentrées sur les tâches de routine ont tendance à être des emplois moyennement rémunérés. Ainsi, la disparition des emplois de routine au cours des trente dernières années représente une "polarisation" de l’emploi parce que le milieu de la distribution des salaires se creuse. (…)

Le changement structurel sur le marché du travail est clairement manifeste dans le cycle d’affaires. Le déclin à long terme des emplois de routine se produit par à-coups, puisque ce type d’emplois disparaît essentiellement au cours des récessions. La portée de la polarisation des emplois est large. L’automatisation et l’adoption de technologie informatique mène au déclin des emplois de salaires intermédiaires (…), d’une part les emplois à col bleu dans la production et la maintenance et, d’autre part, les emplois de col blanc dans les bureaux et administrations. Cela affecte à la fois les professions dominées par les hommes et celles dominées par les femmes et cela touche de nombreux secteurs (industrie manufacturière, commerces de gros et de détail, services financiers et même l’administration publique). (…)

La croissance de l'emploi à la suite des dernières récessions a donc été inégalement répartie, concentrée dans les emplois à hauts et bas salaires. (…) La reprise de l’activité suite à la Grande Récession a été particulièrement déséquilibrée, puisque la majorité des emplois qui ont été créés sont peu rémunérés. Le rythme de la polarisation de l’emploi s'est particulièrement accéléré dans la dernière récession. L’ampleur de l’automation et du progrès en robotique et technologie informatique n’a pas ralenti. (…) Nous devons nous attendre à ce que les prochaines récessions stimulent la polarisation de l’emploi. Les reprises sans emplois sont peut-être la nouvelle norme. »

Henry Siu et Nir Jaimovich, « Jobless recoveries and the disappearance of routine occupations », in VoxEU.org, 6 novembre 2012

vendredi 19 octobre 2012

L'emploi en Europe

GRAPHIQUE Nombre d'emplois dans les pays européens (indice 100 pour 1998)
emplois_zone_euro.jpg
Lecture : Au deuxième trimestre de l'année 2012, le nombre d'emplois en France est supérieur de 16 % à son niveau du deuxième trimestre de 1998. En Grèce, le nombre d'emplois au deuxième trimestre 2012 est inférieur de 5 % à son niveau lors du deuxième trimestre 1998.
Source : Real-World Economics Review (2012).