Annotations

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - innovation

Fil des billets

mardi 10 avril 2018

Les relations entre concurrence, concentration et innovation

« Le lien théorique entre concurrence et innovation est complexe. Les premiers travaux dans le cadre de la croissance endogène soulignèrent un "effet de rente" (rent effect) schumpétérien, à travers lequel une baisse de la concurrence sur le marché accroît les rentes après innovation pour l’entreprise en place, ce qui accroît les incitations à innover. Les travaux postérieurs ont souligné l’importance d’une force additionnelle, en l’occurrence l’effet de "fuite face à la concurrence" (escape competition effect) : si la pression concurrentielle est trop faible et que les profits sont déjà élevés, l’entreprise sera peu incitée à accentuer ses efforts dans l’innovation. Dans le contexte international, les effets de rente et de fuite face à la concurrence ont une interprétation plus large. Par exemple, une réduction des barrières au commerce international permettent aux innovations d’extraire de plus grandes rentes, comme la taille du marché sur lequel ils opèrent est plus grande. Au même instant, les pressions générées par la masse de concurrents potentiels s’accroît, dans la mesure où les firmes étrangères contribuent à générer de telles pressions (Akcigit et alii, 2017).

La littérature empirique décèle certaines de ces forces conflictuelles. Par exemple, les politiques qui accroissent la concurrence sur le marché des produits semblent stimuler l’innovation, mais jusqu’à un certain niveau, niveau au-delà duquel leur poursuite conduit à une baisse de l’innovation (Aghion et alii, 2005). Divers travaux ont récemment examiné comment les taux d’innovation dans les pays développés ont été affectés par les plus forces pressions concurrentielles générées par la mondialisation et l’intégration de la Chine dans le commerce mondial. L’effet sur l’innovation semble positif en Europe et négatif aux Etats-Unis (Autor et alii, 2016 ; Bloom, Draca et Van Reenen, 2016). La concurrence sur le marché des produits semble fortement interagir avec le degré de protection des droits de propriété intellectuelle, un autre déterminant des rentes des innovateurs. Par exemple, certaines données suggèrent qu’une plus forte concurrence sur le marché des produits n’est associée à un surcroît d’innovations que lorsque les droits de propriété intellectuelle sont fortement protégés (Aghion, Howitt et Prantl, 2015). Cependant, si une forte protection incite les multinationales à transférer des technologies d’un pays à l’autre, elle réduit l’innovation dans d’autres contextes (Williams, 2013 ; Bilir, 2014).

Beaucoup de travaux se focalisent sur le degré de concentration sur le marché des produits au niveau sectoriel, en utilisant souvent l’indice Herfindahl-Hirschman ou le ratio de concentration (la part des ventes du secteur que réalisent les quatre plus grandes entreprises de ce secteur). Théoriquement, une plus forte concentration pourrait être cohérente avec de plus fortes pressions concurrentielles (et peut-être aussi une plus forte innovation), par exemple si les entreprises innovantes "superstars" étaient susceptibles d’apparaître dans les marchés les plus concurrentiels (Autor et alii, 2017). Cependant, certaines données suggèrent que l’accentuation de la concentration aux Etats-Unis est en partie liée à l’effritement de la concurrence (Grullon, Larkin et Michaely, 2017 ; Gutierrez et Philippon, 2017). Une dernière observation cruciale est que les tendances en termes de concentration sont sensibles à la définition du marché pertinent. Par exemple, si la concentration s’accroît dans certains grands pays, la concentration mondiale semble décliner, en raison du rôle accru que jouent les entreprises des pays émergents sur les marchés internationaux (Freund et Sidhu, 2017). »

Roberto Piazza (2018), « Relationship between competition, concentration, and innovation », in FMI, World Economic Outlook, chapitre 4, avril 2018. Traduit par Martin Anota



aller plus loin... lire « Le paradigme néo-schumpétérien de la croissance »

mardi 13 décembre 2016

Notre avenir économique est-il vraiment derrière nous ?



« Avec une économie mondiale qui peine à se remettre de la crise économique de 2008, les inquiétudes à propos de l’avenir (en particulier de celui des économies développées) grandissent. Mon collègue Robert J. Gordon de l’université de Northwest a bien saisi le sentiment de plusieurs économistes en affirmant dans son récent livre The Rise and Fall of American Growth que les grandes innovations qui ont amélioré la productivité depuis un siècle et demi ne peuvent être égalées. Si c’est exact, les économies avancées doivent s’attendre à connaître une faible croissance économique, voire une véritable stagnation, au cours des années suivantes. Mais est-ce que le futur sera vraiment si lugubre ?

Probablement pas. En fait, le pessimisme a régné sur les conceptions qu’ont pu développé les économistes pendant des siècles. En 1830, l’historien britannique Thomas Macauley nota que, "à chaque époque, chacun sait que les choses ne se sont améliorées que lentement, mais personne ne s’attend à ce qu’il y ait de nouvelles améliorations au cours des générations suivantes". Pourquoi, se demanda-t-il, les gens s’attendent à "rien, si ce n’est la détérioration" ? Bientôt, l’optimisme de Macauley fut corroboré par les débuts de l’ère du chemin de fer. Les avancées transformatives dans l’acier, la chimie, l’électricité et l’ingénierie ont rapidement suivi.

En ce qui concerne notre propre futur technologique, je m’attends à un résultat similaire. En fait, j’irais même jusqu’à dire que « nous n’avons encore rien vu ». Les avancées technologiques vont créer de puissantes rafales qui vont faire avancer les économies les plus avancées au monde.

Mon optimisme ne se fonde pas sur une certaine croyance dans le futur, mais sur la façon par laquelle la science (ou le "savoir propositionnel") et la technologie (le "savoir prescriptif") s’alimentent mutuellement. De la même façon que les percées scientifiques peuvent faciliter les innovations technologiques, les avancées technologiques permettent de nouvelles découvertes scientifiques, qui conduiront à leur tour à de nouvelles avancées technologiques. En d’autres mots, il y a une boucle rétroactive entre le progrès scientifique et technologique.

L’histoire de la technologie est remplie d’exemples où cette boucle rétroactive a été à l’œuvre. La révolution scientifique du dix-septième siècle a en partie été rendue possible par des outils nouveaux, technologiquement avancés, tels que les télescopes, les baromètres et les pompes à vide. On ne peut parler de l’émergence de la théorie des germes à la fin des années 1870 sans mentionner les améliorations que le microscope a connues précédemment. Les techniques de cristallographie aux rayons X utilisées par Rosalind Franklin ont joué un rôle déterminant dans la découverte de la structure de l’ADN, aussi bien que dans les découvertes qui ont conduit à l’attribution de plus d’une vingtaine de prix Nobel.

Les instruments dont dispose la science aujourd’hui comprennent des versions modernes de vieux outils qui auraient été inimaginables il n’y a même pas un quart de siècle. Les télescopes ont été envoyés dans l’espace et connectés à des ordinateurs à haute puissance et à optique adaptative, pour révéler un univers assez différent de celui qu’imaginaient les humains. En 2014, les concepteurs du microscope Betzig-Hell furent récompensés par un prix Nobel pour avoir surmonté un obstacle que l’on considérait comme insurmontable, en amenant la microscopie optique à la nanodimension.

Si cela ne suffit pas pour casser le pessimisme technologique, considérons les instruments et outils révolutionnaires qui ont émergé au cours des dernières années – des appareils auxquels nous ne pouvions pas rêver il y a quelques décennies. Commençons avec l’ordinateur. Les économistes ont fait de grands efforts pour évaluer l’impact des ordinateurs sur la production de biens et services et pour mesurer leur contribution à la productivité. Mais aucune de ces mesures ne peut vraiment saisir tous les bénéfices et toutes les opportunités que les ordinateurs ont créés pour la recherche scientifique. Il n’y a par exemple aucun laboratoire dans le monde qui ne dépend pas aujourd’hui d’eux. Le terme "in silico" a pris place à côté des expressions "in vivo" et "in vitro" dans le travail expérimental. Et des champs entièrement nouveaux tels que la "physique numérique" (computational physics) et la "biologie computationnelle" (computational biology) sont apparus ex nihilo. En lien avec la loi de Moore, les avancées dans le calcul scientifique vont continuer de s’accélérer dans les années qui vont arriver, notamment grâce aux avancées dans le domaine de l’informatique quantique.

Un autre nouvel outil est le laser. Lorsque les premiers lasers sont apparus, il s’agissait d’une invention en quête d’une application. Aujourd’hui, ils sont presque aussi répandus que les ordinateurs, puisqu’ils sont utilisés pour des usages quotidiens tout à fait ordinaires allant de la numérisation des documents à l’ophtalmologie. L’éventail de domaines de recherche qui dépendent désormais des lasers n’est pas moins large, allant de la biologie à l’astronomie, en passant par la chimie et la génétique. La spectroscopie sur plasma induit par laser (LIBS) est essentielle à l’analyse de protéines dont dépend une grande partie de la recherche dans la biochimie moléculaire. Récemment, les lasers ont permis de confirmer l’existence des ondes traditionnelles, l’un des saints graals de la physique.

Une autre innovation technologique qui transforme radicalement la science est l’outil de manipulation des gènes CRISPR Cas9. Le séquençage des génomes est déjà un processus rapide et relativement peu cher, son coût étant passé de 10 millions de dollars par génome en 2007 à moins de 1.000 dollars aujourd’hui. CRISPR Cas9 a amené cette technologie à un niveau inédit, réellement révolutionnaire, puisqu’il permet aux scientifiques d’éditer et manipuler le génome humain. Même si cette idée a de quoi nous faire réfléchir, nous devons prendre conscience des applications potentiellement bénéfiques de cette technologie (elle nous permettrait peut-être de rendre les cultures résistantes face au changement climatique et à la salinisation de l’eau).

De plus, la numérisation a substantiellement réduit les coûts d’accès pour les chercheurs. Toute la recherche dépend de l’accès au savoir existant ; nous sommes tous perchés sur des épaules des géants (et même des personnes de taille moyenne) qui nous ont précédés. Nous recombinons leurs découvertes, leurs idées, leurs innovations de façon inédite, parfois révolutionnaire. Mais, jusqu’à récemment, apprendre ce que l’on a à savoir pour se lancer dans les innovations scientifiques et technologiques nécessitait bien plus de temps et de travail, avec de nombreuses heures passées à parcourir les librairies et les volumes d’encyclopédies.

Aujourd’hui, les chercheurs peuvent trouver des aiguilles nanoscopiques dans des bottes d’informations de la taille du Montana. Ils peuvent avoir accès à des méga-bases de données, où ils peuvent déceler des schémas et des régularités empiriques. Le taxonomiste du dix-huitième siècle Carl Linnaeus serait jaloux. Notre savoir scientifique va de l’avant et va trouver d’innombrables nouvelles applications. Il n’y aucun doute que la technologie va également révolutionner notre avenir, dans de nombreux domaines, aussi bien attendus qu’inattendus. Elle va alimenter la croissance économique, mais peut-être pas celle que nous enregistrons à travers nos cadres de comptabilité nationale obsolètes. »

Joel Mokyr, « Is our economic future behind us? », 29 novembre 2016. Traduit par Martin Anota



aller plus loin...

« La croissance américaine est-elle épuisée ? »

« La grande stagnation »

« Robert Gordon et la fin de la croissance américaine »

« La révolution informatique est-elle finie ? »

dimanche 3 février 2013

Des verres à moitié pleins ?

techno.jpg

« Juste au cas où vous seriez tenté de laisser tomber le "lugubre" de la "science lugubre", sachez que le professeur Robert Gordon de la Northwestern University fait de son mieux pour vous en dissuader. (…) Dans un récent article du Wall Street Journal, il répète ce qu’il dit depuis quelques temps déjà :

"La croissance du siècle passé ne s’est pas bâtie sur une manne tombée du ciel. Elle a en grande partie résulté d'un ensemble remarquable d'inventions qui sont apparues entre 1875 et 1900... Ce laps de temps limité a vu l'introduction de l'eau courante et de la plomberie intérieure, le plus grand événement dans l'histoire de la libération des femmes, car les femmes n’ont plus eu à porter littéralement des tonnes d'eau chaque année. Le téléphone, le phonographe, le cinéma et la radio sont également apparus. La période qui suit la Seconde Guerre mondiale a vu une autre grande poussée d’invention, avec le développement de la télévision, de l’air conditionné, de l'avion à réaction et du réseau d'autoroutes... L'innovation se poursuit aujourd'hui, et beaucoup de ceux qui développent et financent les nouvelles technologies sont incrédules lorsque je suggère que l'ère des changements vraiment importants de notre niveau de vie est désormais révolue…"

Gordon poursuit en expliquant pourquoi il pense que les développements (…), tels que les progrès dans les soins de santé, les bonds dans les technologies de production énergétique et l’impression 3D, n’amélioreront pas autant le sort du citoyen moyen que ne l’ont fait les innovations de la fin du dix-neuvième siècle. Pour paraphraser, les inventions de votre arrière--grand-père battent les vôtres. (…) Les maladies contemporaines que souligne Gordon feraient froncer les sourcils des économistes de la croissance les plus optimistes. (…)

"Les inégalités vont continuer à croître en Amérique, tirées en aval par de mauvaises performances scolaires et en amont par les gains que retire les plus aisés de la mondialisation, comme les PDG américains récoltent les bénéfices des ventes de leurs multinationales dans les pays émergents. De 1993 à 2008, le taux de croissance des revenus parmi les 99 % salariés les moins rémunérés était de 0,5 point plus faible que le taux de croissance globale de l'économie."

Ce sont là des préoccupations justifiées, bien sûr, mais il y a une chance pour que certains des "vents contraires" dont parle Gordon sont en fait le signal que quelque chose de vraiment grand se prépare. En fait, les vents contraires de Gordon me rappellent ce passage, extrait d'un article des économistes Jeremy Greenwood et Mehmet Yorukoglu publié il y a 15 ans :

"Nous racontons ici une petite histoire qui fait le lien entre le rythme du progrès technologique, les inégalités de revenu et la croissance de la productivité. L'idée est la suivante. Imaginez qu’il y ait un bond dans l'état de la technologie et que ce bond soit incarné dans les nouvelles machines, telles que les technologies de l'information. Supposons que l'adoption de ces nouvelles technologies implique un coût important en termes d'apprentissage et que la main-d'œuvre qualifiée dispose d'un avantage dans l'apprentissage. Alors, les avancées technologiques seront associées à une augmentation de la demande de compétences nécessaires pour les mettre en œuvre. C'est pourquoi la prime de qualification (skill premium) va augmenter et les inégalités de revenus se creuser. Dans les premières phases, les nouvelles technologies ne peuvent pas être exploitées de manière efficace en raison d'un manque d'expérience. La croissance de la productivité peut sembler décrocher, puisque l'économie entreprend un investissement (non mesuré) dans les connaissances qui sont nécessaires pour exploiter tout le potentiel des nouvelles technologies. La coïncidence du rapide changement technologique, de l’élévation des inégalités et du ralentissement de la croissance de la productivité n'est pas sans précédents dans l'histoire économique."

Greenwood et Yorukoglu poursuivent en évaluant de façon détaillée comment les prix des biens durables, les inégalités et la productivité se comportèrent effectivement lors des première et deuxième révolutions industrielles. Ils concluent que les technologies révolutionnaires ont, au cours de l'histoire, été initialement associées à la baisse du prix des capitaux, aux inégalités croissantes et au déclin de la productivité. Voici un graphique représentatif, dépeignant la période (riche en avancées technologiques) qui mena à l'âge d'or de Gordon :

GRAPHIQUE La période qui précède la Guerre de Sécession aux États-Unis ((/public/altig1.jpg source : Jeremy Greenwood et Mehmet Yorukoglu, "1974", Carnegie-Rochester Conference Series on Public Policy, 46, 1997

Greenwood et Yorukoglu concluent leur étude en posant cette épineuse question :

"Une chute des prix pour les nouvelles technologies, un regain des inégalités salariales et un affaissement dans la progression de la productivité du travail - tout cela pourrait-il marquer l'aube d'une révolution industrielle ? Tout comme la machine à vapeur a secoué l’Angleterre du dix-huitième siècle et l'électricité bouleversé l'Amérique du dix-neuvième siècle, les technologies de l'information bousculent-elles aujourd’hui l'économie contemporaine ?"

Je ne sais pas (et personne ne sait) si la possibilité d’une noirceur avant l'aube que décrivent Greenwood et Yorukoglu est une image qui convient pour décrire la situation où les Etats-Unis (et l’économie mondiale) se trouvent aujourd'hui. Mais je suis prêt à parier que certains commentateurs avaient en 1870 le même discours que nous tient aujourd’hui le professeur Gordon. »

Dave Altig, « Half-full glasses », in macroblog, 1er février 2013.

aller plus loin... lire « La croissance américaine est-elle épuisée ? »

dimanche 6 janvier 2013

Les pays scandinaves sont-ils vraiment moins novateurs que les Etats-Unis ?

scandinavie.jpg

« La distinction qu’opèrent Acemoglu, Robinson et Verdier (2012) entre un capitalisme acharné (cut-throat capitalism) et un capitalisme généreux (cuddly capitalism) résonne avec les stéréotypes largement répandus. Les États-Unis seraient un endroit difficile à vivre, mais la loi de la jungle capitaliste permettrait l’émergence d’innovations radicales. Les nations européennes, en particulier les pays nordiques, seraient des sociétés justes, sociales-démocrates, mais le confort étoufferait l'invention. Acemoglu et ses coauteurs affirment que seul un capitalisme acharné de style américain est à même de repousser rapidement la frontière technologique et que les économies généreuses nordiques se comportent en passagers clandestins vis-à-vis de l’innovation américaine.

Les faits donnent-ils raison aux stéréotypes ? On ne peut nier l'importance des incitations pécuniaires pour stimuler l'innovation et l'activité économique. Cependant, (…) l'affirmation selon laquelle les pays nordiques sont moins innovants que les Etats-Unis (…) n’est pas confirmée par les données empiriques. Diverses mesures de l'activité d'innovation et de réussite économique suggèrent que les pays nordiques font aussi bien, voire même mieux, que les Etats-Unis. (...)

Dans leur document de travail, Acemoglu et ses coauteurs (2012a) s’appuient sur deux mesures pour affirmer que les États-Unis sont plus novateurs que les pays nordiques, en l’occurrence le nombre de brevets américains et le PIB par habitant. Aucune des deux n’est une mesure suffisamment bonne de l'innovation pour mener des comparaisons. Il est compréhensible que les entreprises américaines dominent les dépôts de brevets aux États-Unis. Les brevets soi-disant triadiques (c’est-à-dire déposés simultanément aux États-Unis, au Japon et en Union européenne pour la même invention) constituent une mesure plus appropriée pour effectuer une comparaison internationale. Cet indicateur montre que l'activité américaine d'innovation est en retard sur les activités danoise, finlandaise et suédoise. Nous obtenons le même résultat lorsque l'on compare (…) les dépenses des entreprises en recherche-développement, la part des chercheurs dans l'emploi total, et même le stock de capital-risque en pourcentage du PIB (…).

Comme Acemoglu et ses coauteurs (2012a, 2012b) le soulignent, l'innovation exige une prise de risque. Dans une économie très novatrice, on pourrait donc s'attendre à trouver d’intenses créations et destructions d'emplois, car les entreprises qui ont du succès dans les activités innovantes se développent rapidement tandis que les autres sont forcées de quitter le marché. Les données disponibles ne suggèrent pas que l'économie américaine est clairement plus dynamique que les pays nordiques (Bassanini et Marianna, 2009 ; OCDE, 2004). La réallocation des travailleurs est plus intensive au Danemark ; elle est presque aussi intense en Finlande qu’aux Etats-Unis. De plus, les séries chronologiques indiquent une baisse marquée des flux d'emplois et de travailleurs aux États-Unis depuis les années quatre-vingt-dix (Davis, Faberman et Haltiwanger, 2012), alors que (du moins en Finlande) les deux flux sont restés intenses (Ilmakunnas et Maliranta, 2011).

Bien sûr, les intrants pour l'innovation, les brevets, ou la réallocation de la main-d’œuvre ne sont pas des mesures idéales de la capacité d'une société à repousser les limites technologiques. (…) Il est également utile de regarder la productivité dans les différents sous-secteurs. (…) Lorsque l’on exclut les technologies d'information et de communication, la productivité du travail américaine dans l'industrie manufacturière est plus faible qu'en Finlande et à peine plus élevée qu'en Suède. La figure ci-dessous compare les performances en termes de productivité (…). Cette comparaison (…) tient compte de l'utilisation du facteur capital ainsi que de la qualité du facteur travail. Les chiffres confirment que l'avantage finlandais dans la productivité manufacturière est durable et n’est pas liée à l'apport élevé en capital. Prises ensemble, ces observations invalident l'affirmation selon laquelle un système d'incitation américain est nécessaire pour être à la frontière technologique.

GRAPHIQUE Niveaux relatifs de productivité dans l'activité manufacturière, hors TIC (avec comme base 100 la productivité américaine)

cuddly_2.png

Source : Maliranta, Määttänen et Vihriälä (2012), Inklaar et Timmer (2008), EU KLEMS

La bonne performance des pays scandinaves pourrait s’expliquer par le fait qu’ils sont mieux à même de mobiliser les travailleurs. Certes les heures travaillées par habitant sont plus élevées aux États-Unis, mais une part plus importante de la population en âge de travailler est salariée dans les pays nordiques en raison de politiques d’éducation, d’emploi et sociales plus poussées. (…) Les talents sont ainsi mieux orientés vers les activités économiques lucratives. Une deuxième explication pourrait être la détermination des autorités publiques à promouvoir l'innovation.

Une troisième explication pourrait être que les incitations économiques à innover dans les pays nordiques (…) ne sont finalement pas si faibles après tout, du moins pas dans tous les domaines. Par exemple, tous les pays nordiques ont introduit l’impôt dual sur les revenus, en raison duquel les revenus du capital sont taxés à un taux fixe. Cela permet de motiver les entrepreneurs, malgré la progressivité l’impôt sur les revenus du travail. La Suède a récemment encouragé l'accumulation de richesses en supprimant les taxes sur le patrimoine et les successions. Un filet de sécurité social bien conçu peut aussi promouvoir la prise de risque. En particulier, l'assurance chômage peut encourager la prise de risques des entrepreneurs en facilitant l'embauche de salariés (Acemoglu et Shimer, 2000). (…)

L'économie américaine est sans conteste très créative, flexible, et se situe à la frontière de productivité dans de nombreux domaines. Après tout, les ordinateurs, internet, Google, Windows, l’iPhone, l’iPad et le Big Mac sont des innovations américaines. Des incitations financières jouent un rôle important dans tout ça. Néanmoins, en dépit d'un plus lourd fardeau fiscal et de filets de sécurité plus généreux, les pays nordiques ont généré au moins autant d’activités innovantes que les Etats-Unis et ils ont atteint des niveaux similaires de productivité dans de nombreux secteurs de l'économie. Jusqu'à présent, le capitalisme acharné n'a pas été la seule voie possible vers une économie novatrice. »

Mika Maliranta, Niku Määttänen et Vesa Vihriälä, « Are the Nordic countries really less innovative than the US? », in VoxEU.org, 19 décembre 2012.

aller plus loin... lire « Transferts technologiques, Etat-providence et diversité des capitalismes » et « Le capitalisme scandinave est-il l’avenir du capitalisme anglo-saxon? »

dimanche 9 décembre 2012

La prochaine révolution de la productivité

fibreOptiqueexemple.jpg

« (…) La productivité du travail aux Etats-Unis a bondi pour atteindre une moyenne annuelle de 3,1 % entre 1996 et 2004, soit près du double du taux du précédent quart de siècle ; les données empiriques suggèrent que les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont constitué un important moteur de ces gains de productivité et ces derniers ont bénéficié à la fois à l’industrie et aux services (…). Mais cela a fait long feu. La Grande Récession en 2008 et 2009 et la faible reprise de l’activité économique par la suite, aussi bien que la réduction spectaculaire des niveaux d'emploi, rendent difficile de tirer des conclusions significatives à partir des fluctuations des taux de croissance de la productivité de ces dernières années (la croissance de la productivité du travail s'est fortement accélérée en 2009 et 2010, puis s'est effondrée en 2011), mais dans l'ensemble, la productivité du travail s’est élevée en moyenne à un médiocre 1,6 % depuis 2005.

Les sceptiques affirment que la technologie a épuisé son potentiel d’accélération de la croissance, que l'innovation touche essentiellement les médias sociaux, le divertissement et les jeux stupides, sans être capable de stimuler le niveau de vie. Dans un article provocateur, Robert Gordon (2012) a récemment affirmé que les récentes vagues d'innovations technologiques ne sont tout simplement pas aussi transformatrices que celles qui ont émergé lors la révolution industrielle. Martin Wolf du Financial Times a commenté: "l’âge moderne de l'information est pleine de bruit et de fureur sans grande signification".

Ce scepticisme est peut-être prématuré. Dans un rapport récent (Annunziata et Evans 2012), mon co-auteur Peter Evans et moi avons examiné la possibilité d'accroître la productivité de l’"internet industrielle", un réseau qui relie les machines intelligentes, les analyses logicielles et les personnes. La baisse du coût d'instrumentation rend peu à peu possible une utilisation beaucoup plus large de capteurs dans les machines allant des moteurs d'avions aux turbines de production d'électricité en passant par les dispositifs médicaux. Les analyses logicielles peuvent exploiter ensuite l'énorme quantité de données qui est alors générée afin d'optimiser les performances des machines individuelles, des flottes et des réseaux. Cela signifie, par exemple, avoir un meilleur aperçu de la performance d'un moteur à réaction et être capable d'anticiper les défaillances mécaniques de façon à ce que la maintenance puisse être effectuée d'une manière préventive, en minimisant les retards qui surviennent lorsque le problème apparaît peu avant le décollage. Cela signifie être capable de suivre la localisation exacte des dispositifs médicaux dans un hôpital et de savoir si elles sont alors utilisées ou non, de sorte que l'admission des patients et les procédures médicales puissent être programmées de manière plus efficace, ce qui donnerait de meilleurs résultats sanitaires à de plus nombreux patients et à moindre coût.

Les bénéfices potentiels sont importants. Un simple gain de 1% dans l’efficacité du carburant sur quinze ans se traduirait par des économies de 30 milliards de dollars dans l'aviation et de 66 milliards de dollars dans le secteur de la production d'électricité, tandis qu'un gain d'efficacité de 1 % générerait des économies de 63 milliards de dollars dans le secteur de la santé et de 27 milliards de dollars dans l'industrie ferroviaire. Notre étude se concentre sur les secteurs dans lesquels General Electric a une forte présence, parce que ce sont les secteurs que nous connaissons le mieux et où nous voyons ces gains se matérialiser. Mais l'internet industriel a le potentiel d'avoir un impact sur un plus large éventail d'industries et de services.

Au fur et à mesure que l’internet industriel se diffuse, cela pourrait avoir un impact majeur sur la croissance économique. Prévoir l’évolution de la productivité est un exercice extrêmement difficile. Mais en regardant les potentiels gains d’efficacité dans différents secteurs, nous pensons qu'il n'est pas déraisonnable d’affirmer que l'impact de l'internet industriel pourrait être comparable à celui de la première vague de la révolution Internet. Aux États-Unis, si l'internet industriel pouvait accélérer la croissance annuelle de la productivité du travail de 1 à 1,5 point de pourcentage, la ramenant à ses précédents sommets, il pourrait donner une impulsion cruciale à la croissance économique américaine. Et les bénéfices ne seraient pas limités aux États-Unis. En fait, les pays émergents, où l'investissement est susceptible d'augmenter à un rythme rapide dans les années à venir, ont l’opportunité d’être les premiers à adopter les nouvelles technologies. Compte tenu de la plus grande part des marchés émergents dans l'économie mondiale, cela amplifierait rapidement l'impact sur l'économie mondiale.

Les technologies sous-jacentes à l'internet industriel ont été en gestation pendant un certain temps. Pourquoi s’exciter à ce sujet maintenant ? Le coût d'instrumentation est à la baisse, ce qui rend économiquement viable une plus large utilisation de capteurs, et entre en interaction avec l'impact du cloud computing, qui nous permet de recueillir et d'analyser des quantités beaucoup plus importantes de données à moindre coût. Cela crée une tendance à la déflation des coûts comparable à celle qui a stimulé la rapide adoption des TIC dans la seconde moitié des années quatre-vingt-dix. La révolution mobile va accentuer cet effet, ce qui rend le partage d'informations et l'optimisation décentralisée plus facile et plus abordable. Les technologies de l'internet internet est sur le point de s'accélérer. (…)

Chaque vague d'innovation soulève fait craindre qu'une hausse de la productivité se traduise à une diminution du nombre d’emplois. Dans le contexte actuel de chômage élevé, cette préoccupation est particulièrement aiguë. Comme par le passé, l'innovation technologique va rendre certains emplois redondants, mais il faudra en créer de nouveaux et, si l'impact sur la croissance mondiale est aussi fort que nous le croyons, il va certainement créer au final plus d'emplois au niveau net. Mais le système éducatif va devoir assurer que l'offre de qualifications soit en phase avec l'évolution de la demande. (…)

La révolution industrielle s'est déroulée en vagues sur une très longue période de temps. La révolution Internet suit une évolution similaire et nous pensons que la prochaine vague, qui sera la plus puissante et la plus perturbante, débute aujourd'hui. Les gains d'efficacité qui sont à la portée des différents secteurs industriels suggèrent que l'impact de l'internet industriel sur la croissance de la productivité et du PIB est potentiellement massif. En 1987, Robert Solow fit le célèbre aphorisme : "vous pouvez voir l'ère informatique partout sauf dans les statistiques de la productivité". Dix ans plus tard, la croissance de la productivité s’accéléra fortement. Le scepticisme largement répandu aujourd'hui pourrait s'avérer tout aussi prématuré. »

Marco Annunziata, « The next productivity revolution: The ‘industrial internet’ », in VoxEU.org, 7 décembre 2012.

aller plus loin... « La croissance américaine est-elle épuisée ? »

mercredi 21 novembre 2012

Pouvons-nous tous être Scandinaves ?

norvege1.jpg

« Les Etats-Unis et les systèmes scandinaves ont produit des pays prospères et des taux de croissance économique similaires au cours des soixante dernières années. Des différences significatives, cependant, existent entre ces sociétés. Les Etats-Unis sont plus riches que le Danemark, la Finlande et la Suède. Ils sont aussi largement perçus comme une économie plus innovatrice. Ils ont joué un rôle leader dans de nombreuses technologies transformatives de ces dernières décennies, en partie parce qu’ils fournissent de plus hautes incitations à leurs entrepreneurs et travailleurs qui travaillent davantage d’heures, prennent moins de congés et prennent plus de risques. Les sociétés scandinaves ont de plus forts filets de sécurité, des Etats-providence plus élaborés et des répartitions de revenu plus égalitaires que les Etats-Unis. (…)

Pourquoi n’adoptons pas tous des institutions de type scandinave ? Plus largement, dans un monde interdépendant, pouvons-nous tous choisir le même type de capitalisme et, en particulier, combiner un capitalisme dynamique avec une forte emphase pour l’égalitarisme et la protection sociale ? (…)

En présence de liens économiques internationaux, les choix institutionnels de différentes sociétés sont aussi enchevêtrés. D’une part, les pays commercent entre eux et cela les pousse à se spécialiser. S’il y a certaines complémentarités entre les décisions de spécialisation et certains accords institutionnels, l’équilibre mondial peut être asymétrique. Certains pays vont choisir la voie « libérale » et se spécialiser dans des secteurs dans lesquels elle leur procure un avantage comparatif, tandis que d’autres choisissent la route coordonnée et se spécialisent dans d’autres secteurs.

Un autre lien international est de nature technologique et c’est celui que notre étude développe formellement. Nous considérons un modèle dynamique canonique de progrès technologique endogène au niveau mondial avec trois aspects fondamentaux. Premièrement, il y a une interdépendance technologique entre les pays, avec les innovations technologiques des pays les plus avancés technologiquement qui contribuent à repousser la frontière technologique mondiale, sur laquelle les autres pays peuvent à leur tour se baser pour innover et connaître la croissance économique. Deuxièmement, nous considérons que l’effort d’innovation exige des incitations qui dépendent de la structure de rémunérations en place. Par conséquent, un plus grand écart de revenu entre les entrepreneurs fructueux et les entrepreneurs infructueux accroît l’effort entrepreneurial et donc la contribution d’un pays à la frontière technologique mondiale. (…)

Le fait que le progrès technologique exige des incitations pour les travailleurs et entrepreneurs se traduit par de plus fortes inégalités et une plus grande pauvreté (et plus faible filet de protection) pour une société qui incite à une plus intense innovation. (…) Dans un monde avec des interdépendances technologiques, lorsque l’une (ou un sous-ensemble limité) des sociétés est à la frontière technologique et contribue disproportionnellement à la repousser, les incitations pour les autres pays à en faire autant vont être plus faibles. En particulier, les incitations à innover pour les économies à la frontière technologique mondiale vont générer une plus forte croissance économique en repoussant la frontière, tandis que les fortes incitations à innover par les suiveurs vont seulement accroître leurs revenus aujourd’hui puisque la frontière technologique mondiale est déjà repoussée par les économies à la frontière.

Cette logique implique que l’équilibre mondial avec transferts technologiques endogènes est typiquement asymétrique avec certains pays qui ont de plus grandes incitations à innover que d’autres. A un tel équilibre, les pays les plus avancés technologiquement optent pour des institutions de type libéral (ce que nous appelons le capitalisme « acharné ») avec de puissantes incitations, peu d’assurance sociale et d’importantes inégalités de revenus, tandis que les pays suiveurs adoptent des institutions de type coordonné (ce que nous appelons un capitalisme « généreux ») comme meilleure réponse à la contribution du meneur technologique de la frontière technologique mondiale, en assurant par conséquent une meilleure assurance à leur population et de moindres inégalités. (…)

A long terme, tous les pays tendent à avoir des taux similaires de croissance économique, mais ceux qui ont des structures de rémunération « généreuses » sont strictement plus pauvres. (…) Ces pays peuvent avoir un bien-être plus élevé que le meneur acharné ; en fait, si l’écart initial entre l’économie-frontière et les suiveurs est suffisamment faible, les suiveurs généreux vont nécessairement avoir un bien-être plus élevé grâce à l’assurance sociale plus développée que fournissent leurs institutions. (…)

Pourtant, (…) nous ne pouvons pas tous être comme les Scandinaves ! En effet, ce n’est pas un choix d’équilibre pour le meneur acharné, en l’occurrence les Etats-Unis, d’être généreux. Compte tenu des choix institutionnels des autres pays, si le meneur acharné adoptait un tel capitalisme généreux, cela réduirait le taux de croissance de l’économie mondiale, en décourageant l’adoption d’une structure de rémunérations plus égalitaire. En effet, ce choix, bien qu’il les rende plus pauvres, ne réduit pas de manière permanente leurs taux de croissance, grâce aux externalités technologiques positives créées par le meneur technologique acharné. Ce raisonnement suggère par conséquent que dans un monde interconnecté, il se peut que ce soit précisément l’existence d’une société américaine acharnée, avec ses inégalités croissantes, qui rende possible l’existence de sociétés scandinaves plus généreuses. »

Daron Acemoglu, James A Robinson & Thierry Verdier, « Choosing your own capitalism in a globalised world? », in VoxEU.org, 21 novembre 2012,

aller plus loin... « Transferts technologiques, Etat-providence et diversité des capitalismes »

vendredi 9 novembre 2012

Les interactions entre innovation et finance

finance_innovation_2.jpg

Chaque fois qu’une grappe d’innovations radicales émerge, elle entraîne un processus de changement structurel dans le système économique. Dans cette phase, des déséquilibres apparaissent habituellement, puisque le processus de changement structurel lance l’étape de la « destruction créatrice » de Schumpeter. De nouveaux secteurs apparaissent, attirant l’investissement en raison de plus hautes opportunités de profit, tandis que les autres secteurs de l’économie connaissent une profonde transformation pour s’adapter au nouveau contexte économique ou plutôt (si l’on suit Carlota Perez) au paradigme techno-économique émergent. Comme les nouvelles technologies se diffusent progressivement dans le système économique, elles entraînent un profond changement dans la structure productive et organisationnelle d’un nombre toujours plus grand de secteurs économiques. Cela exerce habituellement à son tour de significatifs effets sur les comportements d’investissement de la part des entreprises financières et non financières, sur le marché du travail et sur la répartition des richesses et revenus parmi les différents groupes sociaux, affectant par là les conditions de reproduction du système économique et menant potentiellement à l’instabilité macroéconomique.

Carlota Perez, avec son travail sur les révolutions technologiques et le capital financier, est l’une des rares chercheuses à souligner l’importance du lien entre innovation et finance. Elle s’est focalisée essentiellement sur le rôle joué par le capital financier durant les étapes d’« irruption » et d’« installation » d’un paradigme techno-économique. Fondé sur des données historiques, son travail a identifié un certain nombre de similarités caractérisant les phases majeures du développement. En particulier, son analyse met en lumière la récurrence de « bulles ancrées dans la technologie » durant la phase initiale de chaque phase majeure du développement et elle explique cela comme une conséquence de la manière par laquelle une économie capitaliste assimile une révolution technologique.

Cette ligne de recherche a contribué à son tour à stimuler un courant d’études empiriques qui ont identifié, au niveau microéconomique, d’importants faits stylisés concernant le lien entre innovation et finance (…). En particulier, elles ont démontré que la structure financière des entreprises est propre à affecter leurs stratégies d’investissement. De plus, certaines de ces études (…) suggèrent que les jeunes entreprises innovantes d’aujourd’hui, lorsqu’elles cherchent des ressources financières externes, dépendent de plus en plus des marchés financiers que du crédit bancaire. Ceci signifierait que le rôle de sélection joué par les banquiers dans la théorie originale de Schumpeter a été partiellement délégué aux marchés financiers. Les implications potentielles de ce fait ne sont évidemment pas triviales à la lumière de la logique pécuniaire caractérisant le fonctionnement des marchés financiers et de la récurrence de comportements spéculatifs. De plus, certaines études (…) ont montré que la volatilité des cours boursiers s’accroît durant l’étape initiale caractérisant l’émergence d’un secteur innovant et durant une période de changement technologique radical.

Les arguments précédents semblent confirmer l’actualité et la pertinence de l’analyse schumpetérienne, en focalisant sur les complexes rétroactions entre l’innovation et les dynamiques financières, dans le courant contexte économique. De plus, les résultats de ces études mettent en évidence la nécessité de développer un cadre macroéconomique qui soit cohérent et adapté pour analyser les interactions entre innovation et finance. L’élaboration d’une telle perspective nouvelle est même rendue plus urgente aujourd’hui en raison du rôle nouveau, significatif et incontournable que jouent les marchés financiers dans le fonctionnement de nos systèmes économiques, comme conséquence du processus de financiarisation qui débuta il y a plus de trente ans. Néanmoins un tel cadre est encore à élaborer. »

Alessandro Caiani, Antoine Godin & Stefano Lucarelli, « Innovation and finance: an SFC analysis of great surges of development », Levy Economics Institute, working paper, n° 733, octobre 2012.